Des bassines et du zèle.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - ultralibéralie

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 5 juillet 2007

Le capitalisme fait feu de tout bois

La planète est en danger? Qu'à cela ne tienne: nous avons des solutions. Des solutions pour les pauvres et pour les riches. Comme d'hab. Ca nous permet de respirer, pour l'instant. Et d'ici vingt ans, on en reparlera.
Aux survivants.

"Shop 'Til the Earth Drops", article de Amy Wolf, dans "Indypendent"
June 20, 2007, Printed on June 23, 2007
http://www.alternet.org/story/54208...

Lire la suite...

dimanche 24 juin 2007

Mondialisation : tout le blé du monde


Je pense l'avoir déjà dit ici, et d'autres le disent mieux que moi mais, quand on voit que la classe moyenne et ouvrière française se livre pieds et poings liés aux idéologues du Cac 40, de l'AGCS, de l'OMC et de tous ces requins qui raclent impunément le pognon des pauvres de la planète, il faut encore et toujours enfoncer le clou. Jusqu'à ce que ça fasse mal au point qu'on va se rebeller, dire quelque chose d'intelligent, ch'ais pas moi, se rendre compte.
Vous vous souvenez, vous les mécréants, qu'on nous disait que le monopole, c'est atroce, qu'il fallait supprimer le méchant monopole d'Etat et ouvrir à la concurrence, qui allait nous ouvrir les portes du Paradis? Et c'est QUI qui a le monopole maintenant?
Et c'est QUI qui paie les factures toujours plus cher?
Et c'est QUI qui va payer une franchise pour se faire soigner?
Et c'est QUI qui va se faire embastiller pour un larcin mineur quand les gros poissons se protègent?
Etc. Alors, au lieu de vous complaire à haïr votre voisin, réveillez-vous! C'est à nous tous qu'ils en veulent. Pas comme vous le croyez à votre "fainéant" de voisin (Rmiste, fonctionnaire, chômeur ou autre). Mais il faut bien vous trouver des boucs émissaires pour que vous marchiez dans leurs combines cousues de fil blanc.

Voici un article intéressant qui explore diverses pistes.

Mondialisation et démocratie: quelques notions de base

Par Michael Parenti

Source: http://www.countercurrents.org/pare...

Lire la suite...

samedi 16 juin 2007

On ne prête pas qu'aux riches

Il est aux US des organismes prêteurs qui se spécialisent dans le prêt aux pauvres, leur offrant à un taux d'usurier une avance sur le crédit d'impôts que l'Etat doit leur reverser. Avec la bénédiction des autorités qui laissent faire ce trafic honteux.

Voici un article édifiant, "The Disgusting Business of Milking the Working Poor", de Froma Harrop, paru dans "Common Dreams"

Lire la suite...

dimanche 10 juin 2007

Wal-Mart: le déclin de l'empire américain?


Wal-Mart, vous connaissez?

Il n'existe pas en France, pas en Europe, non plus, sauf, évidemment, en Grande Bretagne, principalement sous l'enseigne Asda.
Implanté en Allemagne depuis 1997-98, Wal-Mart, qui n'a jamais trouvé ses marques (marks?), a finalement revendu en 2006 les 85 hypermarchés qu'il possédait outre-Rhin, à Real, la filiale du groupe allemand Metro, le leader du marché.
Fondé par Sam Walton, c'est devenu le leader mondial de la distribution, loin devant Carrefour.
Le concept? Payer les employés, les fournisseurs, les producteurs, tous les maillons de la chaîne, donc, au lance-pierre, les intimider – voire les harceler - et interdire les syndicats.

Avec tout cela, les actionnaires, les cadres de l'entreprise et surtout les héritiers se remplissent les poches sans vergogne (voir documents annexes).

Mais cela commence, semble-t-il, à faire désordre, même au pays des Bush et consorts.

Alors, les murs de l'empire frémissent.
Un peu.

Voici un article du quotidien britannique "The Guardian": "''Some people would like us to be better, some would like us not to exist''" paru le 2 juin 2007.

Lire la suite...

dimanche 3 juin 2007

Des croissants industriels au beurre ou décroissant aux épinards?

"Travailler plus, pour gagner plus": être mieux loti, en quelque sorte. C'est l'idée que cherche à véhiculer ce slogan racoleur.

Mais quelle est la réalité?

D'abord, il faut savoir que pour celui qui aura droit à ce "privilège", ce sera pour payer plus de factures. Il n'y a pas d'illusions à se faire là-dessus. Plus on travaille, plus on a besoin de services ou plus on se crée des besoins dont on pourrait largement se passer. Des besoins éphémères qui finiront automatiquement à la poubelle à court terme. (J'ai découvert récemment qu'il était moins cher de racheter une imprimante que de remplacer l'encre. Voilà une des aberrations de cette société du tout-jetable, que les crétins appellent "société de progrès". Beurk).

Et pour ceux qui n'auront toujours pas de travail – pris par ceux qui effectueront des heures supplémentaires - ou ceux qui n'auront qu'un travail précaire et mal payé, ce sera toujours la misère.

Mais qui voit la misère des autres? On a déjà bien assez de mal à comprendre d'où vient la sienne par les temps qui courent.

Ce qu'on veut nous imposer, à très brève échéance à droite (et à un peu plus longue, pour la "gauche" '"socialiste") c'est, en quelque sorte, de nous aligner sur le "modèle" américain.

Oui, mais de quels Américains s'agit-il?

Ceux dont la fortune insolente va directement à la descendance assistée?
Ceux qui ne bénéficient de rien, qui, souvent, ont un emploi, mais ne peuvent pas se payer le minimum vital?
Ou bien la classe moyenne qui se paupérise de plus en plus, qui est dans les dettes jusqu'au cou, et dont le sort est de ne jamais s'arrêter de travailler au risque de tout perdre?

Allons-nous un jour nous réveiller de ce cauchemar?

Voici un article tiré de "AlterNet", écrit par Dara Colwell et paru le 21 mai 2007

Why Working Less is Better for the Globe

Lire la suite...

jeudi 17 mai 2007

Au chamboul'tout, on perd à tous les coups

Le nouveau prèze a annoncé qu'il y avait URGENCE. Pour TOUT.
Liquidation totale d'ici septembre.
Autant dire que ça va pas chômer durant l'été. Dans notre dos, donc.

Déjà, le Claude François de l'Elysée a déclaré vouloir sortir l'Europe de sa "paralysie actuelle". D'entrée, ça craint.

Puis viendra, au pas de charge, tout le reste, dont la suppression effective du droit de grève, les nouvelles atteintes au droit du travail et à la liberté d'expression en général.

Un des chantiers de démolition les plus avancés: l'Education, avec, outre les diverses mesures de sape prises en primaire et en secondaire, la dernière "modernité" libérale: la suppression de la carte scolaire.

Lire la suite...

dimanche 15 avril 2007

Big Pharma: SANTE et PROSPERITE!


Aux Etats-Unis, à défaut d'une couverture sociale universelle, il y a les assurances privées et l'industrie pharmaceutique.

Tant qu'on est en bonne santé, qu'on a un emploi rémunérateur, qu'on travaille et qu'on peut payer les assurances (toujours plus onéreuses), les soins, les médicaments, tout va bien.

Le hic, c'est que si on tombe malade, si on doit être hospitalisé, si on perd son emploi, si le salaire est brutalement amputé, si on a une maladie chronique, rien ne va plus. (''voir aussi le billet précédent).

Mais le malheur des uns fait le bonheur des autres, c'est bien connu: le système de santé côté big bizness se porte comme un charme.

Tiré de: "Common Dreams"

Article initialement paru le 6 avril dans IPSnews: http://ipsnews.net/news.asp?idnews=...

Lire la suite...

samedi 31 mars 2007

Les hirondelles feront-elles le Printemps?


Angleterre.
En voilà une nouvelle idée de Tony and Co qu'elle est bonne: la police de magasins de proximité. Comme les vols et autres incivilités sont majoritairement commis dans les rues commerçantes et autres centres commerciaux, le Ministère de l'Intérieur a imaginé d'y installer des cellules de détention provisoire. C'est là que le bobby de base pourra tout à loisir enregistrer les empreintes digitales et autres moyens de ficher les suspects.

Parions que cette idée ne sera pas perdue pour tout le monde "outre-manche".
Article trouvé dans le "Guardian"
Ground floor perfumery, stationery ... and cells

Par Alan Travis, home affairs editor

Lire la suite...

mercredi 14 mars 2007

Farm Bill 2007 aux Etats-Unis: l'agrobusiness se fera-t-il moins de blé sur le dos des agriculteurs de la planète?


Rien n'est moins sûr. Pendant ce temps, les petits agriculteurs, et en particulier ceux du Tiers Monde, se retrouvent avec leur production sur les bras, vendent à perte ou sont obligés d'accepter des tarifs qui ne leur permettent pas d'engranger quelques (maigres) bénéfices.

Les multinationales et les grandes exploitations agricoles, américaines et européennes, principales bénéficiaires des subventions agricoles, se sont réservé la part du lion.

Les Américains se penchent actuellement sur la réforme de leurs lois agricoles qui seront en vigueur ces cinq prochaines années. Mais, y aura-t-il "réforme" ou petites mesurettes démagogiques?

Voici pour tous ceux qui ne savent pas que les résolutions états-uniennes et européennes ne laissent aucune chance aux autres de s'en sortir dignement. A tous les niveaux.

Et pour faire bonne mesure, ceux qu'on étrangle dans leur propre pays, que ce soit pour s'emparer de leurs ressources et de leurs services publics en échange de la "dette", pour les empêcher de faire du commerce, pour les montrer du doigt comme étant incapables de se gérer, eh bien, ceux-là mêmes qui cherchent à s'enfuir pour accéder à une vie moins misérable sont les premiers à se retrouver devant les portes closes d'un Occident bouffi de certitudes et de mépris.

Traduction de: "Is the US Killing African Farmers?" par Katie Danko

Lire la suite...

- page 2 de 5 -