par Serge Portelli

Le lundi 18 octobre, Serge Portelli, magistrat, vice-président au tribunal de Paris, donnait une conférence, organisée par la Ligue des Droits de l'homme de Toulon sur le thème du "populisme pénal".

"Que nous ayons affaire à une idéologie de l’enfermement, du fichage tous azimuts et de la répression systématique est une évidence. Chacun peut constater chaque jour, au rythme frénétique des “réformes”, les ravages de cette philosophie de comptoir débitée sur tous les tons, dans tous les domaines, dès que le moindre fait divers le permet. Qu’il s’agisse des enfants, des étrangers en situation irrégulière, des malades mentaux, des délinquants et de tout ce qui est censé représenter un danger.
On nous propose une société sous haute surveillance, dans un monde sûr, simple, où les bons citoyens, les honnêtes gens, ceux qui ont du bon sens, seront à l’abri des autres. Le vaste monde des “autres”. Qui évidemment ne nous ressemblent pas. Qu’un tel discours puisse prospérer en France fait honte. L’image que nous donnons à l’étranger est terrible. Parler du pays des libertés fait sourire."

Serge Portelli