Des bassines et du zèle.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - planète en danger

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 6 décembre 2010

La mort au Pakistan sur un clic de souris depuis le Nevada

Quelque part, le long de la frontière afghane, les régions tribales pakistanaises sont considérées par les Américains comme des bastions de combattants talibans et d'Al-Qaïda au Pakistan et en Afghanistan.
L'armée US a trouvé un bon moyen de se débarrasser de ces - au choix - "insurgés", "terroristes", "rebelles", "talibans": les frappes de drones.
Les drones : on ne les voit pas, et aussi silencieux qu'un oiseau dans le ciel, on ne les entend pas, et brusquement on explose. Tué par un avion sans pilote.
Ils sont, en fait, téléguidés à des milliers de kilomètres de là, depuis la Floride ou le Nevada, par un militaire en uniforme, qui, bien calé dans un fauteuil rembourré, planté devant un écran, un joystick à la main, suit un personnage, zoome sur son visage, décide qu'il a bien une tête d'insurgé, et, clic, le bombarde. Ou bien frappe des bâtiments censés abriter des rebelles. Ou encore pilonne un village. Puis, le militaire, sa "mission accomplie", rentre chez lui retrouver sa femme et ses enfants, satisfait d'avoir œuvré pour la "liberté".
Plus d'un millier de "rebelles" ont été tués par des frappes de drones au Pakistan depuis août 2008.
Le nombre et l'intensité de ces frappes a nettement augmenté ces derniers mois, et plus de 40 d'entre elles ont tué au moins 220 insurgés depuis le 3 septembre, selon des sources de sécurité pakistanaises. C'est donc l'escalade depuis la prise de pouvoir d'Obama.
Merci, Obama. Il y en a qui croyaient en toi.
Voici un article de BRIAN CLOUGHLEY publié dans CounterPunch : Obama the Bomber / Thanksgiving of the Drones en novembre 26 - 28 2010

Lire la suite...

dimanche 27 juin 2010

Fraude électorale, poursuite du programme d'armement nucléaire: les élus du congrès US accusent l'Iran sans preuves concrètes

La propagande contre l'Iran se poursuit inexorablement et les mécanismes qui ont si bien justifié l'invasion de l'Irak et de l'Afghanistan s'intensifient.
Des élus de la Chambre des Représentants proposent un projet de loi fondé sur du vent.
Mais, la diabolisation a tellement bien fonctionné dans les deux premiers cas qu'il n'y a pas de raison de ne pas poursuivre dans cette voie.
Il est absolument nécessaire d'obtenir l'adhésion d'un pourcentage significatif de la population, anesthésiée par le matraquage dont elle fait l'objet basé, entre autres, sur "ce qu'ils haïssent chez nous, c'est notre liberté", comme disait Bush.
Quant aux pacifistes, ces "anti-américains", on voit ce qu'en font, impunément, les impérialistes …
Or, une bonne guerre mondiale siérait si bien au teint de l'oligarchie mondiale, aujourd'hui dans l'impasse, et qui cherche à se refaire une santé.
D'ailleurs, c'est déjà bien engagé … Voici un article Anti Iran Bill in House Makes Claims With No Basis in Fact, de Jeremy R. Hammond, publié le 24 juin 2010 dans Dissident Voice

Lire la suite...

mercredi 12 août 2009

Phase trois du capitalisme: l'économie du savoir

Le capitalisme mercantile, c'est fait.
Le capitalisme industriel, c'est fait.
La production est en Asie, les esclaves aussi, les usines infectes également.
Et les ressources ont été pillées un peu partout sur la planète. Les occidentaux commencent à se lasser des biens matériels qu'on leur a fait entasser dans leurs maisons toujours plus grandes et toujours plus éloignées. Et d'abord, ils n'ont plus les moyens, puisqu'on leur a piqué les emplois industriels pour leur refiler des emplois de service précaires et mal payés.
Quand ils ont du boulot. Et quand ils ne sont pas obligés de quitter leur maison et de partir sur les routes parce qu'ils ne peuvent plus payer le crédit.
Evidemment.
Faut trouver un moyen de faire du big pognon avec autre chose.
Passons donc au capital immatériel ou à l'économie du savoir
En vlà une idée qu'elle est bonne.

Joe Bageant nous explique ça avec ses mots dans: "Consciousness Capitalism: Corporations Are Now After Our Very Beings"
Publié dans AlterNet, le 1° août 2009.

Lire la suite...

dimanche 9 août 2009

Vancouver passe au vert avant la saison du blanc

Vancouver, ville de la province canadienne de la Colombie britannique, d'une population intra-muros de près de 600.000 âmes, dont 35% sont nés à l'étranger, la vaste majorité d'entre eux étant d'origine asiatique, est une ville jeune et dynamique.
Elle accueillera en 2010 les Jeux Olympiques et paralympiques d'hiver.
Depuis le 8 décembre 2008, est entré en fonction un nouveau Conseil de la ville avec à sa tête un nouveau maire, Gregor Robertson.
Gregor Robertson a pour objectif de faire de Vancouver une des villes les plus respectueuses de l'environnement et, donc, de ses habitants.
Voici un article ("Is Vancouver About to Become the Greenest City in the World?) sur la situation à Vancouver et sur les projets et les réalisations du maire quelques mois après son élection.
Ecrit par Allan Hunt Badiner, dans AlterNet.
Publié le 30 juillet 2009.

Lire la suite...

lundi 25 mai 2009

Monsanto: l'important, c'est d'essaimer

Comment une compagnie qui tue des gens depuis des décennies peut-elle non seulement avoir encore pignon sur rue, mais être imposée contre leur gré aux populations avec la complicité de gouvernements censés les protéger?
Et ce n'est pas comme si des doutes subsistaient sur la nocivité de ses produits.
Depuis sa création: Monsanto produit la saccharine, les PCBs et autres produits toxiques.
Puis, années 60, Agent Orange.
S''attaque ensuite successivement aux aliments de base ou aux principales ressources d'un pays en imposant des semences génétiquement modifiées et en les faisant breveter avec la complicité des gouvernements et des scientifiques corrompus. Maïs, coton, soja, canola, riz … et aussi: pesticides, herbicides …
Les pesticides tuent les abeilles et les papillons qui pollinisent les arbres et donc rendent les arbres et autres plantes improductifs.
Des milliers de paysans indiens se sont suicidés, mourant dans d'atroces souffrances, parfois, pour avoir avalé un des produits "inoffensifs"et "biodégradables" de cette compagnie.
Pas du bien propre tout ça, non?
Les sbires de Monsanto sont aux portes de l'Europe également, grignotant toujours plus de terrain.
Juqu'à ce que la terre entière en soit recouverte et que les semences traditionnelles aient complètement disparu.
C'est de destruction totale et inéluctable des greniers de la planète qu'il s'agit.
Si vous votez pour les Européennes, ne votez pas pour les complices de ces meurtres - ni de ceux-là ni de ceux commis au nom du droit d'un pays surarmé à "se défendre" contre des mousquetons.

Ca fait du monde au balcon. Je sais.

Monsanto, on commence à connaître, mais rien ne vaut une petite piqûre de rappel.

Voici un article: "Monsanto and Its Philanthropy" de Kamalakar Duvvuru, publié le 2 mai 2009 dans Dissident Voice

Lire la suite...

lundi 18 mai 2009

Les multinationales de l'équitable ont-elles une éthique?

Produits bio, commerce équitable, rachat de miles, calcul de l'empreinte carbone, etc. le bourgeois se donne bonne conscience à moindre frais. Il faut bien qu'il mette ses sous là où le prolo n'aura pas accès tout en ne se donnant aucune contrainte désagréable.
Mais derrière tout cela, derrière le "développement durable, la croissance verte, le développement soutenable et autres pipeaux, qu'y a-t-il, sinon, la patte des élites capitalistes qui cherchent à faire du neuf avec leur immuable?
Et que proposent les partis politiques, en particulier ceux qui se réclament de l'écologie, si ce n'est la poursuite de la destruction de la planète, à quelques concessions près pour certains?
Aujourd'hui, la tendance est au bio. Les faucons capitalistes ont bien compris cela, qui se sont lancés dans le créneau du bio et du commerce "équitable" pour générer des bénéfices tout en tentant de se refaire une virginité.
Oui, mais les recettes sont toujours les mêmes: ne rien concéder à la plèbe et après nous le déluge.

Ici, l'article "Is Whole Foods Just Another Evil Corporation?" nous parle d'une chaîne de distribution, Whole Foods, leader mondial de produits naturels et bio qui a des magasins dans tous les Etats-Unis et le Royaume Uni - parmi les pays (dont la France, d'ailleurs) où l'agriculture bio est très marginale. Alors, où vont-ils chercher tout ça? Bin, chez les pauvres, voyons!

Mais ce n'est pas le sujet de l'article, on y reviendra.

Ici, comme dans toutes les entreprises, les marges bénéficiaires se font sur le dos des employé-es, pas moins. Mais avec un plus: faire le mal en donnant l'illusion de faire le bien.
Bien joué.
Le capitalisme, tel le phoenix, renaît toujours de ses cendres.
Jusqu'aux cendres finales.
Article de Sharon Smith, publié par CounterPunch
Publié le 11 mai 2009

Lire la suite...

samedi 16 août 2008

Alors? Guerre froide ou guerre nucléaire?


Là, ça craint, tout de suite. Après l'agression de la Géorgie contre l'Ossétie du Sud destinée de toute évidence à titiller la Russie et téléguidée par les USA, on a eu très chaud. Malgré cela, il s'en trouve pour trouver cela très bien et soutenir l'agresseur en le faisant passer pour victime.
Pauvres pantins désarticulés avec la folie meurtrière et le saccage de pays entiers pour tout horizon.
Voici un article virulent de PAUL CRAIG ROBERTS
"Two Morons: Bush and Saakashvili"
"President Bush, Will You Please Shut Up?"
13 août, 2008

"Deux crétins: Bush et Saakashvili"

"Pourquoi tu ne la fermes pas, Président Bush?"
Le régime néocon de Bush et les medias américains entraînent le monde innocent vers une guerre nucléaire.

Lire la suite...

mercredi 2 juillet 2008

Ces milliardaires qui volent de leurs propres ailes

Parmi les privilèges indécents accordés aux PDG des grands groupes: les voyages tout confort, loin de la plèbe, en jets privés.
La crise pétrolière? Très peu pour eux. Le commerce du jet privé est en plein essor, justement.
Voici sur le sujet « At the Height of an Energy Crisis, Fat-Cat CEOs Still Litter the Skies with Private Jets”, un article de Chuck Collins et Sarah Anderson, paru dans AlterNet, le 28 juin 2008.

Lire la suite...

samedi 3 mai 2008

La Chine pour l'Occident: l'Empire du Bien et du Mal.


Aujourd'hui, le monde occidental, qui (par convoitise) a tant appelé de ses vœux l'adhésion de la Chine à l'économie de marché, étale au grand jour ses contradictions, à savoir l'incompatibilité évidente qu'il y a à imposer des règles économiques et sociales injustes et à se poser en défenseur de la démocratie et des droits de l'homme.

Alors, tout s'emmêle dans la plus grande confusion et la plus grande désinformation, la Chine devenant l'incarnation du bien (immense terrain commercial sur le plan national) et du mal (danger de rivalité directe sur le plan international).
Alors, il s'agit de la discréditer, mais de ne point la fâcher complètement. Pas facile sans qu'on voie les ficelles.
D'où le cirque médiatique à quelques mois des JO, mis en scène par des sous-fifres manipulés à la fois par les dirigeants occidentaux qui disent réfléchir à l'éventualité d'un boycott de la cérémonie d'ouverture et par les puissances économiques qui ne cessent de leur côté de jurer leurs grand dieux que, non, elles n'ont rien, absolument rien contre la Chine et qu'elles viennent à peine d'apprendre l'existence du Tibet (ou quelque chose du genre).
Alors, il s'agit de poursuivre les affaires juteuses avec la Chine et de se cantonner au Tibet pour y dénoncer les violations des droits de l'homme, le reste n'étant que roupie de sansonnet.
Faire des affaires, grappiller le moindre profit. Et tant pis si ce sont les êtres humains qui, une fois de plus, en pâtissent. Big business n'a pas vocation à se préoccuper de ces détails mesquins.

Pour commencer, voici un article "China is Our E-Waste Dumping Ground" publié par Terry J. Allen dans Alternet, le 5 janvier 2008.
Et qui concerne le traitement du matériel électronique dont nous nous débarrassons trop souvent sans état d'âme.

Lire la suite...

- page 1 de 2