Des bassines et du zèle.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 8 mai 2013

Les "désolationnistes"

The Desolationists/I Think I Hear My Can Opening. Par Randy Shields.

Pour Randy Shields, les "désolationistes" sont ces démocrates sans conscience politique, ni conscience de classe, qui ne défendent que les thèmes de prédilection de la "gauche" (très) molle, les Démocrates, et qui, seuls,les distinguent de la droite, les Républicains.
A savoir: le "féminisme", le Mariage pour tous, les droits des homosexuels, etc. A leur sauce.
Sans cela, les Démocrates et les Républicains pourraient aussi bien fusionner.
On ne peut pas se plaindre: on a les mêmes à la maison.

Lire la suite...

vendredi 12 avril 2013

Margaret Thatcher: la main de fer dans un gant de fer

N'étant pas franchement adepte des nécros, je ne comptais pas faire de billet sur Margaret Thatcher, beaucoup l'ont fait et ont dit, soit comme elle avait été remarquable, soit, au contraire, combien elle avait été odieuse.
Oui, mais c'était il y a plus de 20 ans de cela, et, depuis, ses émules n'ont pas démérité (vous trouverez, si vous le souhaitez, quelques billets sur ce blog concernant Blair et Cameron) et ceux-là ne sont ni morts, ni frappés d'amnésie (clinique), pire, ils sévissent toujours.
Mais j'ai lu ce billet tout simple, léger en apparence, de John Andrews qui rappelle brièvement les pompes et les œuvres de Thatcher quand elle dirigeait la Grande-Bretagne.
Alors, voilà.
Source: On Margaret Thatcher's Passing (10 avril 2013)

Lire la suite...

vendredi 5 avril 2013

"Réformes" en Grande-Bretagne: les pauvres seront riches au paradis et les riches sont dans les paradis fiscaux

Le gouvernement britannique poursuit tranquillement son train de réformes destiné à "réduire les déficits publics" (mrf!).
Après avoir eu un trait de génie avec la "bedroom tax" (qui épargne complètement les riches, puisqu'elle ne s'adresse qu'à ceux qui vivent dans les logements sociaux), voici que maintenant il a décidé que ces mêmes gens vivent bien trop somptueusement grâce aux deniers publics – et à se la couler douce, qui plus est.
Pas comme les riches qui ont plein de soucis, ne serait-ce que trouver une nouvelle parade contre les sbires du gouvernement qui disent qu'ils veulent les déloger des paradis fiscaux.
Évidemment, pour faire comprendre à la population que ces mesures sont véritablement nécessaires pour redresser le pays, en crise à cause de toutes ces aides sociales qui sont déversées par tombereaux, eh bien, le gouvernement ment.
Voici quelques-uns des clichés véhiculés par la propagande. Rien de nouveau, pourtant, c'est toujours la même rengaine.
10 lies we're told about welfare, par Ricky Tomlinson

Lire la suite...

lundi 11 mars 2013

Nouvelle attaque du gouvernement de coalition britannique contre les pauvres: la "bedroom tax"

Dans quelques jours, le gouvernement va annoncer de nouvelles "mesures d'austérité". Gageons qu'elles ne concerneront pas les riches, cette fois-ci non plus.
Pour l'instant, ils comptent faire rentrer de l'argent avec la "bedroom tax".
Vous savez, les pauvres, vous leur donnez ça, ils veulent tout de suite CA.
Imaginez-vous (si vous y arrivez, parce qu'il n'y a pas de ça chez nous) que les logements sociaux sont largement insuffisants en Grande-Bretagne: eh bien, il y en a qui s'étalent depuis des années dans des logements trop grands, avec des chambres inoccupées.
Vous vous rendez compte le culot de ces gens?

Lire la suite...

dimanche 10 mars 2013

Ken Loach et l'"esprit de '45", son dernier film

Le film de Loach évoque la victoire fracassante des travaillistes en 1945, qui ont, dans la foulée, créé l'état-providence - et, en particulier, la réforme-phare, celle du système de santé universel, le NHS - ont nationalisé les grandes industries, et qui garantissaient le plein emploi.
Le film sort le 15 mars dans les salles en Grande-Bretagne.
Voici une critique du film par Yvonne Roberts, parue dans l'Observer, du 2 mars 2013.

Voir la bande-annonce du film ici.

Lire la suite...

vendredi 16 novembre 2012

Etats-Unis – prochain arrêt: le Tiers-Monde

La production industrielle étant essentiellement partie pour l'étranger, ce sont les emplois bien rémunérés de la classe ouvrière qui ont disparu aux Etats-Unis, ne lui laissant guère que le secteur des services, où les salaires sont bas et les protections sociales pratiquement inexistantes.
Et ce n'est pas tout: il n'y a pas de travail pour tout le monde.
Reste donc tout un vivier de travailleurs-ses qui cherchent désespérément du travail et à n'importe quel prix.
Dans l'article "How America Is Turning into a 3rd World Nation in 4 Easy Steps".
Thom Hartman et Sam Sacks décrivent le processus en quatre étapes qui s'est traduit par la précarisation et la paupérisation de la population aux Etats-Unis et qui est, aujourd'hui, en phase terminale avec l'arrivée sur leur sol de grands groupes étrangers attirés par le vivier de travailleurs sans emplois prêts à tout accepter pour assurer leur survie.
Comme dans les "sweatshops" de Taiwan ou d'ailleurs.

Lire la suite...

dimanche 11 novembre 2012

C'est l'âne qui a gagné!

Election-2012_ane_ou_elephant.jpg

"Ass Won!" Texte de Linh Dinh paru le 7 novembre 2012 dans Dissident Voice

Lire la suite...

vendredi 2 novembre 2012

Sandy, un ouragan à New-York

Apparemment, tout se passe à New York ou sur la côte est des Etats-Unis. Les médias occidentaux européens (dont le Guardian) n'ont raté aucun épisode depuis que l'ouragan Sandy y était annoncé.
37 morts à NYC - 74 morts en tout aux US, au décompte du jeudi 1 novembre - et des millions de personnes sans électricité, des maisons dévastées et Obama qui la joue empathique (voir photo) à quelques jours des élections.

Lire la suite...

mardi 14 février 2012

Mais qu'est ce qu'ils lui trouvent donc à ce Ron Paul?

Aux Etats-Unis, certains militants de gauche, ainsi que des membres du mouvement Occupy, séduits par certaines de ses théories, soutiennent la candidature de Ron Paul.
En France, même, on retrouve, par ci, par là des admirateurs de Ron Paul.
Un peu comme on y retrouve des admirateurs d'Obama, d'ailleurs.
Sans raison. En se basant sur des impressions et non pas sur les faits et des déclarations.
Une preuve flagrante d'inculture politique et de délitement des valeurs traditionnelles de gauche, et du manque d'imagination et d'autonomie de ceux qui se cherchent un homme providentiel, courant des uns aux autres en oubliant leurs tares, juste pour se débarrasser d'autres tarés.

Lire la suite...

- page 1 de 7