J- quelques heures
Le candidat Romney est une caricature des précédents candidats républicains à la présidence (les colistiers, et surtout la colistière comme Sarah Palin, étant hors concours, évidemment).
Milliardaire, menteur, fourbe, malhonnête, bigot, méprisant pour le peuple, inculte et fier de l'être, etc., il réunit tous les vices des candidats aux élections des pays démocratiques actuels. Ses propositions sont tellement grossières et tellement ouvertement en faveur des grandes entreprises que même Bush n'avait pas osé et avait enrobé cela avec des considérations morales et l'ode à la taprie ... euh ... patrie.
Et les progressistes, devant l'horreur que représente la présidence de cet idéologue de Wall st, en sont réduits à appeler à voter pour le "moindre mal".
Et, qu'est-ce que le "moindre mal", dans ces élections?
James Petras développe la politique d'Obama pendant son mandat, celle qu'il compte mener quand il sera réélu et nous explique comment les militants libéraux en sont venus à taire le bilan catastrophique d'Obama pour éviter que Romney se retrouve à la Maison Blanche.
Ca me rappelle quelque chose …
Une élection très serrée, selon les sondages, sans doute à cause du jet de l'éponge de ceux, dont les pauvres et les minorités, qui avaient mis tous leurs espoirs dans l'arrivée d'un président noir et qui en sont largement revenus.
Nous en sommes tous là et tant que cela ne changera pas radicalement, ce sera toujours pire.