Une décennie de violence inouïe contre les femmes et cela ne va pas s'arranger.
Avec aujourd'hui la prise en main de la droite alliée aux hauts dignitaires cathos: hop, plus d'avortement.
Pas de protection contre les abus sexuels, non plus.
Et le reste.
Quand la droite dure s'installe, cela retombe automatiquement sur les femmes.
Quand les hommes font la guerre, ce sont les femmes qui sont prises en otage et subissent les pires atrocités.
En période de récession, ce sont elles encore qui en pâtissent le plus.
Et leurs droits fondamentaux sont systématiquement remis en cause par des politiques revanchardes. Cette planète ne tourne décidément pas rond du tout. Et la France n'est pas en reste, qui dédouane les violeurs d'enfants et salit les victimes dans des procès populistes où la justice se rend dans la rue, comme du temps des Romains où il suffisait de lever ou de baisser le pouce pour décider du sort d'un prévenu (aujourd'hui, on dit "coupable" directement, peut-être qu'à Rome aussi).

Au Mexique, donc, rien ne va plus pour les femmes avec l'arrivée d'une droite ultraconservatrice haineuse.

Voici un billet de JOHN ROSS
"Get Your Rosaries Out of Our Ovaries!"
War on Mexican Women
Publié le 13 oct 2009 dans CounterPunch