Des bassines et du zèle.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 7 septembre 2013

Syrie: après l'Irak, la Libye et les autres, les va-t-en-guerre sont à nouveau d'attaque

Ils ne pouvaient plus tenir. Déjà, Obama avait signifié, en mars dernier, à la suite d'une attaque au gaz sarin, que si Al-Assad avait utilisé des armes chimiques "contre son propre peuple" (oui, ils sont très soucieux des peuples étrangers quand ils ne peuvent pas les assassiner eux-mêmes), il avait "franchi les limites à ne pas franchir".
Obama, croyant tenir là le feu vert pour intervenir, s'est indigné, s'est agité, a menacé et … a reculé. En effet, une certaine Madame Del Ponte, qui faisait partie de la commission d’enquête de l’ONU en Syrie lui a aussitôt cassé son rêve en déclarant que la commission disposait d’indices concrets et sérieux que c'étaient les rebelles qui avaient utilisé des armes chimiques.
Malgré les cris d'indignation et les insultes à l'égard de Mme Del Ponte de la part des Etats-Unis, de leurs vassaux (dont la France en pole position) et de leurs médias institutionnels, l'affaire s'était momentanément tassée.
Mais on allait voir ce qu'on allait voir.

Lire la suite...

vendredi 5 octobre 2012

Printemps arabe, fureur musulmane

A la suite de la diffusion d'extraits d'un film amateur d'un obscur réalisateur vivant aux Etats-Unis, et qui ridiculisait le prophète Mohamed, un certain nombre de manifestations ont eu lieu dans des pays musulmans devant les ambassades américaines.
Des manifestations à l'ampleur variable selon les pays. Car, si ces manifestations ont eu les faveurs des médias, si elles ont marginalement généré des violences graves (comme au Pakistan, où il y a eu 17 morts), la mobilisation est restée bien faible à l'échelle de chaque pays.
Le 11 septembre, une manifestation rassemblant 2 à 3 milliers de protestataires, prétendument hostiles au "film", avait lieu devant l'ambassade US du Caire.
D'autres suivaient en Tunisie, au Maroc, à Gaza, au Soudan et ailleurs.
Parallèlement, le 11 septembre, toujours, en Libye, un groupe d'extrémistes attaquait le consulat des Etats-Unis, tuant l'ambassadeur et trois employés.

Lire la suite...

mardi 21 août 2012

Expansion militaire de l'Empire Américain en Afrique

Subrepticement et sans bruit, Obama installe des troupes sur tout le continent Africain. Ce projet, débuté par G W Bush en 2003 avec AFRICOM, prend de plus en plus d'ampleur, en particulier en Afrique de l'Est.

Source: Obama's Scramble for Africa Secret Wars, Secret Bases, and the Pentagon's "New Spice Route" in Africa Thursday, 12 July 2012 par Nick Turse, TomDispatch

Lire la suite...

dimanche 3 juin 2012

Massacre de Houla: la photo publiée par la BBC provoque une polémique

Le 27 mai 2012, la BBC publiait sur son site une photo montrant des cadavres alignés censés être ceux des Syriens massacrés à Houla.
C'était, en fait, un cliché pris en mars 2003 en Irak, au sud de Bagdad par Marco di Lauro.
En légende de la photo publiée sur le site de la BBC, on peut lire que le cliché a été transmis par un activiste, que son authenticité n’a pu être vérifiée, mais qu’il est censé montrer les victimes du massacre de Houla.
Le photographe, qui couvre depuis une quinzaine d’années la plupart des conflits internationaux du Kosovo au Soudan, est bien en cour auprès des grands médias occidentaux, qui lui achètent régulièrement ses clichés.
Ses images, diffusées par l’agence Getty, sont publiées par les plus grands journaux et magazines du monde.
En découvrant le cliché, le photographe a déclaré au Daily Telegraph avoir "failli tomber de sa chaise", ajoutant:
"On utilise sans autorisation, comme preuve du massacre de Houla, une de mes photos à des fins de propagande anti-syrienne sur la page d'accueil du site de la BBC".
"Je suis très surpris qu'un organisme comme la BBC ne prenne pas la peine de vérifier ses sources et soit prêt à publier n'importe quelle photo envoyée par un simple militant, ou un journaliste ou qui que ce soit d'autre".
La photo qui illustrait l’article intitulé: "Indignation croissante et condamnation après le massacre de Houla" a été retirée du site sitôt après l'identification de la source.
Ci-dessous, un article de Keith Harmon Snow, "Slaughter Slant: Houla Massacre Sparks Media Blame-game", publié le 30 mai 2012 par Dissident Voice.

Lire la suite...

mardi 20 mars 2012

Les défenseurs des droits humains, guerriers de l'Empire.

Voici un texte "Human Rights Warriors for Empire", paru le 15/02/ 2012 (il y a un petit moment, donc, mais encore d'actualité, hélas) dans Black Agenda Report.
Ecrit par Glen Ford, rédacteur en chef.

Lire la suite...

mardi 1 novembre 2011

Kadhafi, les médias et les noirs desseins de la "communauté internationale"

Encore la Libye, vous allez me dire, il faut tourner la page, maintenant, c'est fini. Kadhafi est mort. La Libye est "libérée", non?
Il faut changer de sujet. Comme l'ont fait les médias. "Victoire" de la "rébellion", "triomphe" de Cameron et sarkozy, avec, en arrière plan, Obama, solennel, et la Clinton pouffant de rire et se réjouissant de façon indécente de la mort d'un homme dans des conditions, qui plus est, épouvantables: bombardé par l'Otan, raillé, bousculé, lynché, sodomisé, abattu par une bande de tortionnaires pour être ensuite exposé sale, en sang, torse nu et sans chaussures à la vue du public dans une boucherie.
Des conditions qui violent les Conventions de Genève, mais qui y fait attention de nos jours? Ceux qui ont fait établir toutes les lois internationales s'assoient dessus avec arrogance et délectation.
Eh bien, non, la Libye, ce n'est pas fini. Loin de là! Et ce n'est pas la population "protégée" qui dira le contraire. La ville de Syrte, par exemple, a été ravagée, pillée, et ses infrastructures dévastées. Ses habitants ont été contraints de fuir et ils ont tout perdu.
Des regrets de ceux qui avaient pour mission de les "protéger"? Aucun. Tous célèbrent bruyamment leur "victoire". Des assassins qui se glorifient de crimes horribles et dont les crimes sont encensés par les médias des marchands d'armes et autres multinationales, seuls à qui profitent les guerres et les crises.
Et de la couverture médiatique, justement, ils en parlent sur le site Médias Lens, un observatoire des médias britannique du style d'Acrimed en France. Et c'est pas joli, joli de mentir comme ça, messieurs et mesdames les journalistes mainstream. Vous êtes les complices des massacres commis par nos dirigeants.
Voici, donc, la traduction (partielle) de "Killing Gaddafi" publié par Media Lens, le 29 octobre 2011 par Dissident Voice.

Lire la suite...

dimanche 16 octobre 2011

De l’Afghanistan à la Libye: ce qu’il en coûte de se tromper

par CONN HALLINAN

traduction
Titre et source: From Afghanistan to Libya/The Price of Getting It Wrong; CounterPunch.

Lire la suite...

jeudi 14 juillet 2011

La Libye: une autre histoire (2)

Libye: les mensonges de la communauté internationale comme pour l'Irak, l'Afghanistan et tous les autres pays qui ont été envahis illégalement, ou dont le changement de régime a été imposé par les pays occidentaux, les Etats-Unis en tête, qui se sortent de ces crimes sans une égratignure.
Et dire que pour la Libye, pratiquement toute la gauche (enfin le peu qu'il en reste) était d'accord pour que l'ONU "protège les populations civiles" en Libye, soi-disant massacrées par Kadhafi.
La gauche est d'une naïveté confondante. A moins qu'elle n'ait aucune notion d'histoire, même récente.
Ou qu'elle soit cynique.
Traduction de "Rape, Mercenaries and Bloodbaths on the Scale of Yemen?" / The Media Blank Amnesty's Failure To Find Evidence In Libya
Par Media Lens / June 30th, 2011

Lire la suite...

mercredi 4 mai 2011

Les contes à dormir debout de la propagande guerrière

Rien n'arrêterait les va-t-en-guerre quand ils ont reniflé la perspective d'une nouvelle invasion impérialiste si ce n'est le manque d'enthousiasme de ce rabat-joie de peuple. Alors, il leur faut trouver des raisons de lui faire aimer la guerre. Des raisons qui lui iront droit au cœur, il va de soi.
Il y a eu les bébés arrachés des couveuses en Irak I, la poudre blanche qui allait faire sauter des sites prestigieux aux Etats-Unis, les ADM en Irak II, les droits des femmes en Afghanistan, la protection de la population civile en Libye (et, là, je dois admettre qu'ils ont fait fort, parce qu'il y avait quasi-unanimité au début).
Mais, les doutes ont commencé à s'installer pour cette dernière opération "humanitaire": il devenait de plus en plus évident que tuer des civils, quels qu'ils soient, dans un pays souverain ne relevait pas tout à fait de la protection de populations civiles.
L'engouement pour la mission initiale ayant faibli, il fallait trouver une nouvelle idée.

Lire la suite...

- page 1 de 2