Des bassines et du zèle.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 1 novembre 2011

Kadhafi, les médias et les noirs desseins de la "communauté internationale"

Encore la Libye, vous allez me dire, il faut tourner la page, maintenant, c'est fini. Kadhafi est mort. La Libye est "libérée", non?
Il faut changer de sujet. Comme l'ont fait les médias. "Victoire" de la "rébellion", "triomphe" de Cameron et sarkozy, avec, en arrière plan, Obama, solennel, et la Clinton pouffant de rire et se réjouissant de façon indécente de la mort d'un homme dans des conditions, qui plus est, épouvantables: bombardé par l'Otan, raillé, bousculé, lynché, sodomisé, abattu par une bande de tortionnaires pour être ensuite exposé sale, en sang, torse nu et sans chaussures à la vue du public dans une boucherie.
Des conditions qui violent les Conventions de Genève, mais qui y fait attention de nos jours? Ceux qui ont fait établir toutes les lois internationales s'assoient dessus avec arrogance et délectation.
Eh bien, non, la Libye, ce n'est pas fini. Loin de là! Et ce n'est pas la population "protégée" qui dira le contraire. La ville de Syrte, par exemple, a été ravagée, pillée, et ses infrastructures dévastées. Ses habitants ont été contraints de fuir et ils ont tout perdu.
Des regrets de ceux qui avaient pour mission de les "protéger"? Aucun. Tous célèbrent bruyamment leur "victoire". Des assassins qui se glorifient de crimes horribles et dont les crimes sont encensés par les médias des marchands d'armes et autres multinationales, seuls à qui profitent les guerres et les crises.
Et de la couverture médiatique, justement, ils en parlent sur le site Médias Lens, un observatoire des médias britannique du style d'Acrimed en France. Et c'est pas joli, joli de mentir comme ça, messieurs et mesdames les journalistes mainstream. Vous êtes les complices des massacres commis par nos dirigeants.
Voici, donc, la traduction (partielle) de "Killing Gaddafi" publié par Media Lens, le 29 octobre 2011 par Dissident Voice.

Lire la suite...

dimanche 16 octobre 2011

De l’Afghanistan à la Libye: ce qu’il en coûte de se tromper

par CONN HALLINAN

traduction
Titre et source: From Afghanistan to Libya/The Price of Getting It Wrong; CounterPunch.

Lire la suite...

mercredi 4 mai 2011

Les contes à dormir debout de la propagande guerrière

Rien n'arrêterait les va-t-en-guerre quand ils ont reniflé la perspective d'une nouvelle invasion impérialiste si ce n'est le manque d'enthousiasme de ce rabat-joie de peuple. Alors, il leur faut trouver des raisons de lui faire aimer la guerre. Des raisons qui lui iront droit au cœur, il va de soi.
Il y a eu les bébés arrachés des couveuses en Irak I, la poudre blanche qui allait faire sauter des sites prestigieux aux Etats-Unis, les ADM en Irak II, les droits des femmes en Afghanistan, la protection de la population civile en Libye (et, là, je dois admettre qu'ils ont fait fort, parce qu'il y avait quasi-unanimité au début).
Mais, les doutes ont commencé à s'installer pour cette dernière opération "humanitaire": il devenait de plus en plus évident que tuer des civils, quels qu'ils soient, dans un pays souverain ne relevait pas tout à fait de la protection de populations civiles.
L'engouement pour la mission initiale ayant faibli, il fallait trouver une nouvelle idée.

Lire la suite...

mardi 26 avril 2011

Obama envoie des drones en Libye et la Grande-Bretagne prépare ses troupes.

Par Bill Van Auken
Source: WSWS , 22 avril 2011

Lire la suite...

mercredi 6 avril 2011

La Libye numéro un sur la liste des missions humanitaires de l'occident, Acte III

Malgré le secours des armées les mieux équipées du monde (forcément, les armes sont fabriquées dans leur pays), les forces "rebelles" sont repoussées par l'armée de Kadhafi, qui gagne du terrain avec ce qui lui reste de matériel disponible.
Même si on n'est pas grand stratège en matière de mouvement des troupes, on peut se poser la question de savoir pourquoi.
James Petras nous donne son explication dans Libya and Obama’s Defense of the Rebel Uprising, publié le 2 avril 2011 dans Dissident Voice.

Lire la suite...

mardi 22 mars 2011

Robert Fisk se prend-il les pieds dans le tapis au Moyen-Orient?

L'article de Robert Fisk sur la Libye n'est pas du goût de Kim Petersen, de Dissident Voice et il le dit.
Voici les traductions des deux articles en question:
Robert Fisk First it was Saddam. Then Gaddafi. Now there's a vacancy for the West's favourite crackpot tyrant, 19 mars 2011
Et:
Is Robert Fisk a Psychologist? de Kim Petersen

Lire la suite...