Des bassines et du zèle.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - James Petras

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 5 novembre 2012

Obama-Romney: la bataille entre le "mal" et le "moindre mal"

J- quelques heures
Le candidat Romney est une caricature des précédents candidats républicains à la présidence (les colistiers, et surtout la colistière comme Sarah Palin, étant hors concours, évidemment).
Milliardaire, menteur, fourbe, malhonnête, bigot, méprisant pour le peuple, inculte et fier de l'être, etc., il réunit tous les vices des candidats aux élections des pays démocratiques actuels. Ses propositions sont tellement grossières et tellement ouvertement en faveur des grandes entreprises que même Bush n'avait pas osé et avait enrobé cela avec des considérations morales et l'ode à la taprie ... euh ... patrie.
Et les progressistes, devant l'horreur que représente la présidence de cet idéologue de Wall st, en sont réduits à appeler à voter pour le "moindre mal".
Et, qu'est-ce que le "moindre mal", dans ces élections?
James Petras développe la politique d'Obama pendant son mandat, celle qu'il compte mener quand il sera réélu et nous explique comment les militants libéraux en sont venus à taire le bilan catastrophique d'Obama pour éviter que Romney se retrouve à la Maison Blanche.
Ca me rappelle quelque chose …
Une élection très serrée, selon les sondages, sans doute à cause du jet de l'éponge de ceux, dont les pauvres et les minorités, qui avaient mis tous leurs espoirs dans l'arrivée d'un président noir et qui en sont largement revenus.
Nous en sommes tous là et tant que cela ne changera pas radicalement, ce sera toujours pire.

Lire la suite...

vendredi 5 octobre 2012

Printemps arabe, fureur musulmane

A la suite de la diffusion d'extraits d'un film amateur d'un obscur réalisateur vivant aux Etats-Unis, et qui ridiculisait le prophète Mohamed, un certain nombre de manifestations ont eu lieu dans des pays musulmans devant les ambassades américaines.
Des manifestations à l'ampleur variable selon les pays. Car, si ces manifestations ont eu les faveurs des médias, si elles ont marginalement généré des violences graves (comme au Pakistan, où il y a eu 17 morts), la mobilisation est restée bien faible à l'échelle de chaque pays.
Le 11 septembre, une manifestation rassemblant 2 à 3 milliers de protestataires, prétendument hostiles au "film", avait lieu devant l'ambassade US du Caire.
D'autres suivaient en Tunisie, au Maroc, à Gaza, au Soudan et ailleurs.
Parallèlement, le 11 septembre, toujours, en Libye, un groupe d'extrémistes attaquait le consulat des Etats-Unis, tuant l'ambassadeur et trois employés.

Lire la suite...

mardi 5 juillet 2011

Pourquoi il n'y a pas aux Etats-Unis de mouvements de masse des classes ouvrière et moyenne face à la crise qui les frappe

Alors que des actions massives persistantes ont (eu) lieu en Europe et dans les pays arabes, les manifestations aux Etats-Unis n'ont été jusqu'à présent ni unitaires, ni d'ampleur nationale.

James Petras analyse ici ce phénomène.

Source: US Working and Middle Class: Solidarity or Competition in the Face of Crisis?

27 juin 2011

Lire la suite...

mardi 19 avril 2011

La longue guerre de Washington contre l’Afrique

par James Petras

James Petras, ex-professeur de sociologie à Binghamton University, New York, militant de la lutte des classes depuis cinquante ans, conseiller pour les sans-terre et les sans-droits au Brésil et en Argentine, a coécrit "Globalization Unmasked (Zed Books).

Source : Washington’s Long War Against Africa ; Dissident Voice, 17 avril 2011.

Lire la suite...

mercredi 6 avril 2011

La Libye numéro un sur la liste des missions humanitaires de l'occident, Acte III

Malgré le secours des armées les mieux équipées du monde (forcément, les armes sont fabriquées dans leur pays), les forces "rebelles" sont repoussées par l'armée de Kadhafi, qui gagne du terrain avec ce qui lui reste de matériel disponible.
Même si on n'est pas grand stratège en matière de mouvement des troupes, on peut se poser la question de savoir pourquoi.
James Petras nous donne son explication dans Libya and Obama’s Defense of the Rebel Uprising, publié le 2 avril 2011 dans Dissident Voice.

Lire la suite...