Des bassines et du zèle.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 9 juin 2013

Descente de police à Buffalo: ils défoncent la porte d'entrée, fouillent l'appartement et abattent le chien

La routine.
Sauf, qu'ils s'étaient trompés d'appartement.

Buffalo, état de New-York

Une équipe du SWAT, (Special Weapons and Tactics), l’unité de police spécialisée dans les opérations paramilitaires dans les grandes villes, s'est rendue lundi 3 juin au domicile d'Adam Arroyo, un Hispanique et ancien combattant en Irak.
A la recherche de drogue, en l'espace de quelques minutes, ils fouillent la maison de fond en comble en son absence et abattent, au passage de plusieurs balles la chienne de deux ans et demi attachée dans la cuisine.

Lire la suite...

vendredi 7 juin 2013

La chronique de Glenn Greenwald sur le meurtre de Woolwich

En complément du billet précédent (Boston, Woolwich et le terrorisme d'Etat ), voici, comme annoncé, la traduction du texte de Glenn Greenwald.
L'agression d'une violence incroyable qui a eu lieu à Woolwich a été aussitôt qualifiée d'"acte de terrorisme".
Glenn Greenwald, auteur de livres et analyste politique qui a rejoint le Guardian en 2012, titrait son article du 23 mai 2013, le lendemain de l'attaque, donc: "Was the London killing of a British soldier 'terrorism'?"

Lire la suite...

mercredi 15 mai 2013

Bradley Manning persona non grata à la Gay Pride de San Francisco

Cette décision consternante montre l'emprise des autorités sur la société US et combien la "subversivité" est encadrée par le système et chapeautée par le Parti Démocrate.
Un système qui fait business de tout bois et détourne toute cause à son avantage. On a vu, par exemple, le mouvement des Femen (ici), on constate le même phénomène pour la SF Pride.
Partie d'un mouvement qui se voulait protestataire et militant (cf. note à la suite de l'article), la SF Pride est devenue, apparemment, une sorte de journée festive sponsorisée par les grands groupes industriels et encadrée par les institutions. En gros, le complexe militaro-industriel.
Sitôt que la nomination par un "collège électoral" composé d'anciens grands marshals de Bradley Manning a été connue, les organisations et les militants LGBT les plus militaristes ont fait pression sur les organisateurs, et la présidente publiait aussitôt un communiqué disant que Manning ne serait pas grand marshal de la San Francisco Pride.

Article : Barackodile Tears/Rainbows for the Ruling Class de Randy Shields

Lire la suite...

mercredi 8 mai 2013

Les "désolationnistes"

The Desolationists/I Think I Hear My Can Opening. Par Randy Shields.

Pour Randy Shields, les "désolationistes" sont ces démocrates sans conscience politique, ni conscience de classe, qui ne défendent que les thèmes de prédilection de la "gauche" (très) molle, les Démocrates, et qui, seuls,les distinguent de la droite, les Républicains.
A savoir: le "féminisme", le Mariage pour tous, les droits des homosexuels, etc. A leur sauce.
Sans cela, les Démocrates et les Républicains pourraient aussi bien fusionner.
On ne peut pas se plaindre: on a les mêmes à la maison.

Lire la suite...

samedi 4 mai 2013

Deux explosions, dont un enterrement, au Texas

Explosion à Boston: 3 morts, plus de 100 blessés, couverture médiatique: matraquage pendant plus d'une semaine.
Origine de l'explosion: deux cocottes-minutes (les Russes avaient donc raison de dire qu'ils mijotaient quelque chose).
Suspects: un mort, un mal en point incarcéré.
Explosion à West Texas: 15 morts, environ 200 blessés, dont des blessés graves; des dégâts matériels considérables. Couverture médiatique: (quasiment) nulle au niveau national.
Origine de l'explosion: incendie dans une usine de produits chimiques.
Suspects: zéro. Arrestation: zéro.

Lire la suite...

jeudi 11 avril 2013

Aux Etats-Unis, les luttes s'organisent peu à peu et ça et là

Les petits ruisseaux feront-ils de grandes rivières?
Pourquoi pas?
C'est l'espoir de Margaret Flowers qui, dans l'article "Inspiration Is Contagious!", passe en revue quelques luttes du moment.
En seconde partie du billet: Monsanto, les OGM et le potager bio de madame Obama.

Lire la suite...

lundi 8 avril 2013

La longue marche vers la Chine passe par Pyongyang

Après ce billetsur la Corée du Nord, j'en remets une couche avec la traduction d'un article écrit par Jack A. Smith: Behind the US North Korea Conflict.

Lire la suite...

mardi 2 avril 2013

Guantanamo, le bagne de l'Empire: 11 ans déjà, mais le calvaire des innocents se poursuivra jusqu'à la mort

166 hommes sont encore détenus aujourd'hui dans le goulag USaméricain : 157 sont en détention sans inculpation et parmi eux, 87 ont été acquittés (lors de la présidence de Bush) et auraient dû être libérés depuis des années, leur libération ayant été approuvée unanimement par les services compétents de l'armée, de la police et des agences de renseignements.
Le Congrès US, avec l'assentiment de Barack Obama, a adopté des lois limitant les transferts de détenus, quelle que soit leur situation, qui rendent leur libération impossible.
Pour la grande majorité d'entre eux, ils resteront donc là-bas jusqu'à ce que mort s'ensuive, qu'elle soit naturelle, ou, ce qui est plus probable, qu'elle ait été violente.
Et ne repartiront chez eux que dans un "body bag".
Pourtant, en 2008, le candidat Obama avait été élu, entre autres, sur la foi de sa promesse de fermer Guantanamo.
Une des promesses majeures de refonte de la société qu'il n'aura pas tenues.
Obama, lui, n'a envoyé qu'un seul "suspect" au camp de Guantanamo. Il a une méthode bien à lui pour leur épargner des souffrances inutiles.
Guantanamo est la preuve criante du totalitarisme US, malgré les discours hypocrites sur les droits humains et les vertus de la démocratie qu'ils veulent apporter sur un plateau (sans succès, d'ailleurs, on se demande pourquoi ils s'obstinent) aux populations qui ne leur demandent pourtant rien.
C'est, en gros, ce qu'explique Finian Cunningham dans le billet: Guantanamo Exposes Reality of US Fascism

Lire la suite...

mardi 26 mars 2013

Irak: un désastre humain, écologique, social, économique et matériel toujours impuni

Et les armes de destruction massive, c'est du ciel qu'elles leur sont tombées. Et massivement, avec ça.
Un Irakien, ancien opposant farouche de Saddam, regrette, pourtant, ce temps-là, aujourd'hui. Il dit; "Avant, on avait un dictateur, maintenant, on a un dictateur à chaque coin de rue".
Les auteurs de ces crimes courent toujours et ils ont même fait des petits: la relève démocrate a intensifié les opérations militaires dans le monde entier.
A la prochaine portée, gardez m'en un.
Voici un article bien documenté de Nicolas J.S. Davies, qui fait le bilan dix ans après l'invasion illégale de l'Irak.
Source: [10 Years After the Invasion: America Destroyed Iraq But Our War Crimes Remain Unacknowledged and Unpunished |http://www.alternet.org/world/10-years-after-invasion-america-destroyed-iraq-our-war-crimes-remain-unacknowledged-and] (15 mars 2013)

Lire la suite...

- page 2 de 32 -