2011-10-31 US Regions Job Creation Index

En 2012, on compte 20 "blue states" - tendance D, 12 "red states" - tendance R - et 19 où les deux partis sont à 5% l'un de l'autre.
Au niveau fédéral, l'avortement est légal mais peut être limité par les états à des degrés divers.Et les états ne s'en sont pas privé: ils ont adopté des lois qui, entre autres, limitent la durée légale pour pratiquer une IVG, exigent un accord parental pour les mineurs, et/ou imposent la divulgation d'informations avant l'intervention sur les risques que comporte un avortement.
D'autre part, les états n'étant pas contraints de fournir les services appropriés, l'accès à l'avortement varie considérablement selon les endroits. Ainsi, 87 % des comtés n'ont pas de centres IVG.
C'est la restriction la plus facile à réaliser, et parfaitement légalement: empêcher l'implantation de ces centres. Comme pour l'accès aux divers moyens de contraception. Voir la carte du pourcentage des CIVG par état ici.
Pour couronner le tout, de nombreux régimes de santé des états qui s'adressent en particulier aux femmes pauvres ne remboursent pas les IVG (actuellement, seuls 17 états proposent le remboursement).
Voici le tableau sur les lois sur l'IVG dans les états US.
A partir de la colonne de gauche, les chiffres montrent la situation avant la loi fédérale autorisant l'avortement et la situation actuelle, ensuite les restrictions, le pourcentage de centres IVG, et enfin, les états qui autorisent l'avortement de façon permanente (7 états), ceux qui ont inscrit l'autorisation de l'IVG dans leur constitution, ce qui constitue une certaine garantie pour les femmes (16 états), et la note donnée par Naral, une association pro-choix.
Et si on ajoute encore à cela les réticences, voire l'hostilité, à dispenser une éducation sexuelle pour tous, tout est bien fait pour entraver les libertés des femmes, et, en particulier, les pauvres, en matière de santé reproductive. Rappelons également que la droite religieuse fait la promotion de l'abstinence avant le mariage, ce qui évidemment, permet de se voiler la face et de pousser des cris d'indignation si ce précepte n'est pas observé.
A côté de ça, l'industrie du porno marche du feu de dieu, merci, et les profits sont supérieurs à ceux des technologies de pointe.

Pour en revenir aux lois sur l'IVG, selon le vénérable Guttmacher Institute, 42 états et Washington, D.C., ont adopté, en 2012, 43 restrictions à l'accès à l'ivg, et en 2011, il y en a eu 92.
Sur les 43 restrictions, plus de la moitié (24) ont été adoptées par seulement six états: l'Arizona (7), le Kansas, la Louisiane, l'Oklahoma, le Dakota du S et le Wisconsin (au moins trois pour chaque état).

Et nous en arrivons aux tout derniers exemples en date avec l'article suivant :
The 4 Worst New Anti Abortion Laws in the Past 3 Weeks

Les quatre pires lois anti-avortement adoptées ces trois dernières semaines

Ne serait-ce qu'au cours de ce mois-ci, les parlementaires et les gouverneurs ont voté toute une série de mesures pour restreindre l'accès à l'avortement.
La plupart des législatures des états avaient plié bagage dès la fin de la session parlementaire. En revanche, ces dernières semaines, quatre états se démenaient encore pour faire adopter à la va-vite des lois anti-avortement avant la pause parlementaire.
Wendy-Davis-sneakers.jpg
Mz Davis au sénat
C'est ce qui s'est passé au Texas qui a le plus retenu l'attention: au cours de la session extraordinaire convoquée par le gouverneur Rick Perry pour faire adopter de nouvelles mesures concernant l'avortement, la sénatrice démocrate Wendy Davis empêchait le vote de la loi en prononçant un discours de près de 11 heures, qui allait durer pratiquement jusqu'à l'heure légale de clôture de la session.
Perry convoquait, alors, aussitôt, une nouvelle session extraordinaire pour faire voter ce projet de loi. Ne voulant pas être en reste, le Wisconsin, la Caroline du N et l'Ohio soumettaient également, ces dernières semaines, des propositions de loi anti-avortement.
La plupart de ces états ne figuraient même pas dans la liste publiée il y a quelques mois des états les plus acharnés contre l'avortement, ce qui donne une idée du nombre de parlements qui ont, ne serait-ce que cette année, adopté de nouvelles législations.
Voici l'essentiel de ce qui s'est passé ces dernières semaines

Au Texas

Après la convocation d'une nouvelle session extraordinaire, la Chambre des Représentants a adopté l'ensemble des mesures contenues dans la proposition de loi par 96 voix contre 49.
texas_rotunda_before_the_senate_vote.jpg
Le public au Capitole du Texas avant le vote au sénat
Le sénat devait se prononcer d'ici la fin de la semaine. (update: le sénat a finalement adopté la proposition de loi par 19 voix contre 11, le 12 juillet, juste avant minuit. Une fois que le gouverneur aura signé ce texte, il pourra goûter à des vacances bien méritées, NDT).
Les élus Texans avaient déjà auparavant supprimé les subventions destinées au Planning Familial et aux autres prestataires de soins en matière de santé reproductive.
Ils avaient également adopté une loi obligeant les femmes qui veulent avorter à subir une échographie au cours de laquelle un médecin est chargé de décrire le fœtus (ou l'embryon), et où elles ont le "choix" entre regarder l'écran ou écouter les battements du cœur du fœtus
Et l'intervention ne que peut avoir lieu que 24 heures plus tard.
Aujourd'hui, ils veulent interdire toutes les interruptions de grossesse au bout de la vingtième semaine et imposer aux centres d'IVG les normes de construction et de sécurité strictes qui s'appliquent aux hôpitaux.
Or, l'imposition de ces critères entrainerait la fermeture de 37 centres sur les 42 qui existent au Texas (voir la carte).

En Caroline du Nord

Le sénat de l'état de Caroline du Nord était vivement critiqué, la semaine dernière, pour avoir introduit des mesures anti-IVG dans un projet de loi interdisant la charia, sans que le public ou les professionnels de la santé aient été informés.
(N'est-ce pas pour le moins curieux que, dans le même texte de loi, on interdise la *charia et on impose des mesures dictées par un christianisme obscurantiste? Allez comprendre! Ils ne se rendent même pas compte de leur bêtise tellement ils sont aveuglés par leur idéologie barbare et revancharde, NDT).
Même le gouverneur républicain de l'état, Pat McCrory, a critiqué le procédé utilisé pour faire voter cette loi anti-avortement.
Quand McCrory a menacé d'opposer son veto à cette proposition de loi, les députés de la Chambre, ont, alors, tenté d'inclure, mercredi dernier, ces mesures anti-IVG à une proposition de loi concernant la sécurité des deux-roues (c'est-à-dire sans aucun rapport).
Parmi ces mesures, on trouve de nouvelles exigences concernant les personnes qui pratiquent l'avortement et l'obligation de présence d'un médecin lors des avortements médicamenteux.

Dans l'Ohio

Pendant que tout le monde avait les yeux braqués sur le Texas, le gouverneur républicain de l'Ohio, John Kasich, approuvait un projet de loi sur le budget qui comprenait un certain nombre de mesures destinées à entraver l'accès à l'avortement dans l'état.
Parmi ces mesures, il y a l'interdiction faite aux hôpitaux publics de conclure des accords avec les centres d'IVG pour accepter leurs patientes en cas d'urgence (or, les cliniques sont tenues d'avoir ces accords écrits pour obtenir une licence).
Ce projet de loi sur le budget prévoit également des sanctions pénales pour les médecins qui négligeraient d'observer les battements du cœur du fœtus-embryon ou d'indiquer aux femmes les chances qu'elles ont de mener leur grossesse à terme; il relègue les services du Planning tout en bas de la liste de distribution des crédits fédéraux alloués pour la planification familiale; et prévoit la suppression des subventions aux centres d'accueil contre le viol qui expliquent à leurs clientes qu'elles ont la possibilité d'avorter si elles se retrouvent enceintes à la suite d'un viol.

Le Wisconsin

Le gouverneur républicain, Scott Walker, a approuvé un projet de loi vendredi dernier qui exige que les médecins qui pratiquent des avortements soient agréés pour faire admettre leurs patientes dans un hôpital voisin (en anglais, "admitting privileges", c'est la convention qui donne le droit à un médecin de transférer un de ses patients dans un autre centre de soins si lui-même est enregistré comme membre de l'équipe médicale d'un hôpital, NDT).
Ce genre de mesure restrictive a aussi été utilisé dans d'autres états (comme le Mississippi) pour empêcher, de fait, les médecins de pratiquer des avortements, parce qu'il peut leur être difficile d'obtenir cet agrément privilégié avec les hôpitaux locaux.
Un juge a interdit temporairement l'application de cette disposition prenant effet dans les jours à venir à la suite d'une plainte déposée par le Planning et l'ACLU (Union américaine pour les libertés civiles).
Cette loi approuvée par Walker prévoit également une échographie obligatoire avant un avortement.
Kate Sheppard et Dana Liebelson

NB: les liens dans le texte renvoient à des articles en anglais; les illustrations ont été ajoutées.

Liens complémentaires
En français, sur le site "madmoizelle": La "filibuste" de Wendy Davis
Les manifestations et le discours de Wendy Davis

Note perso 1

Ce qui est remarquable pour ce qui est du Texas, c'est cette mobilisation exceptionnelle et sans faille des militant-es pro-choix. Ils et elles étaient là pendant tous les temps forts, ont manifesté par milliers et ont empêché le premier vote en organisant une bronca pour couvrir la voix du président de l'assemblée.
Ce genre de situation est d'autant plus exceptionnel que, en général, ces lois qui s'attaquent aux droits des femmes sont votées sans débats et dans l'indifférence générale.

texas_Abortion_law.jpg
Manifestants lors du vote à la chambre. Les pro-choix étaient en orange et les anti-IVG en bleu.

texas_Abortion_Rally-.jpg
Ici, une femme, entourée de manifestants en orange continue de prier. Ils aiment beaucoup les prières dans la rue, ces gens-là.

Abortion Restrictions Texas
Les célèbres baskets de Wendy Davis lors de son discours au sénat



Les baskets que portait Wendy Davis sont devenues instantanément très populaires et Amazon (opportuniste) a ouvert un forum pour que les femmes racontent leurs expériences.

Note perso 2: les musulmans aux US et la menace de l'instauration de la charia

Le projet de loi de Caroline du Nord comprenait l'interdiction de l'instauration de la charia. Je ne sais s'il a été adopté, mais, pour l'instant, les USaméricains risquent plus de se faire tuer par une arme à feu, voire un drone, ou de mourir à la suite de l'effondrement d'infrastructures de plus en plus délaissées par les autorités que de se voir imposer la charia. Autant interdire aux Ovni d'atterrir chez eux.
C'est dire encore l'état d'abrutissement de "représentants du peuple" et de ceux qui les ont élus.
Car, voyons les chiffres concernant les musulmans aux Etats-Unis.
Il y a entre 2 (estimation en 2000) et 7 millions (les chiffres varient parce qu'il n'y a pas de recensement officiel sur les appartenances religieuses) de musulmans aux US. Donc, ils constitueraient entre 0,8% et 2,5% de la population aux US.
Selon les statistiques de 2000, les états où il y a le plus de musulmans sont le Michigan, le New Jersey et le Massachusetts, où ils représentent respectivement 1,2%, 0,9%, et 0,8% de la population globale.
48% des Arabes habitaient dans 5 états, en 2000: la Californie, New York, le Michigan, le New Jersey et la Floride. Seuls dans trois de ces états la population arabe dépassait les 100.000 têtes (la Californie, New York, et le Michigan).
D'autre part, parmi les Arabes, contrairement aux idées reçues, environ 2/3 des Américains d'origine arabe sont chrétiens (il s'agit essentiellement d'Arabes qui ont immigré avant la II° Guerre Mondiale). Les musulmans sont très divers et parmi eux, entre 1/5 et 1/3 sont des Noirs américains, le reste étant des immigrés ou naturalisés issus des pays arabes et de l'Asie du Sud (Inde, Pakistan, Bangladesh et Afghanistan).
Ce sont, d'ailleurs, ces derniers qui connaissent la croissance démographique la plus rapide (on estime qu'ils constituent un quart de la population musulmane). Il y a également, entre autres, des Turcs, des Iraniens, des Bosniaques, des Indonésiens, des Nigérians, des Somaliens, des Libériens, des Kenyans ou et des Sénégalais.
On le constate, donc, les musulmans aux US sont très différents les uns des autres, et s'ils ont en commun la religion musulmane (et encore, avec des variantes sensibles, qui vont des orthodoxes aux modérés, voire aux athées d'"apparence musulmane"), le contexte culturel, racial, socioéconomique et historique de cette population est extrêmement varié. En fait, ils représentent un panel similaire aux autres religions, et en particulier le protestantisme, avec des revenus et des niveaux d'études comparables.
(source, entre autres).
Alors, avant que ces gens très différents parviennent à s'organiser sous la seule bannière d'une religion commune pour imposer la charia, on peut imaginer qu'il va encore couler beaucoup d'eau sous les ponts (enfin, ceux qui ne se seront pas écroulés d'ici là)!
Et, pour revenir à la Caroline du Nord: sur une population de près de 10 millions d'habitants, il y a environ 26.000 musulmans.
C'est dire s'il était urgent de légiférer sur la charia.
Des psychopathes, on vous dit.

Et pour compléter, voici, en anglais, un article sur les mensonges répandus par la propagande concernant l'oppression des femmes musulmanes: The Biggest Lie You've Been Told About the Oppression Of Muslim Women

 

En marge de cette histoire:

Les femmes en prison en Californie ont été stérilisées

Et, pour finir, rions un peu aux dépens de ces imbéciles texans, policiers ou élus républicains: Par peur que des projectiles divers n'atterrissent sur la tête des sénateurs depuis les balcons de la Rotonde, les policiers de l'état du Texas s'étaient mis à fouiller les sacs des femmes et à confisquer les … tampons et serviettes hygiéniques!
Quand celles-ci ont demandé pourquoi ils faisaient cela, il leur a été répondu que cela faisait partie du règlement.
Hum … S'il existe, ce dont on peut douter, on aimerait bien lire ce règlement, il doit être hilarant.
Rien qu'à imaginer ceux (des mecs, à n'en pas douter) qui ont planché dessus.
Ils prennent vraiment les femmes pour des idiotes – et dans tous les cas de figure.

Cette affaire ayant fait grand bruit et grand buzz sur la toile, la fouille a été stoppée après qu'un sénateur démocrate est allé négocier avec le chef des policiers.
A ce jour, on ne sait pas qui a eu cette idée géniale au départ. Une pétition circule pour demander une enquête.

Mais tout cela a déclenché une franche rigolade sur Twitter, mais aussi une grande consternation. Voir les pages dédiées à cet incident : #tamponado (ce nom est la contraction de "tampon" et de Sharknado, un nanard en passe de devenir culte) et #tampongate.
En effet, au Texas, on peut rentrer au Capitole avec une arme à feu, mais pas avec des tampons.
Peut-être faudrait-il qu'ils soient semi-automatiques?