Les larmes de Barackodile

Drapeau arc-en ciel pour la classe dirigeante

Bradley_Manning_Equality.jpg



Ce qui est formidable en Amérique, c'est qu'il y est facile d'y prédire l'avenir. C'est la terre promise des médiums. N'importe qui peut s'installer comme médium.
Si vous voulez savoir ce qui va se passer en Amérique, il vous suffit de vous demander : quel est l'événement le plus scandaleux, incongru, pervers et déprimant qui puisse se produire en n'importe quelle situation donnée? Quelle que soit votre réponse, c'est cela qui va se produire. Et vous n'aurez pas à attendre longtemps pour voir se réaliser votre prédiction.
Et donc, c'est la semaine dernière que les organisateurs de la Gay Pride de San Francisco annonçaient que le lanceur d'alerte contre les crimes de guerre actuellement emprisonné, Bradley Manning, serait "invité d'honneur" honoraire ("grand marshal") de la Gay Pride de cette année.
Avant que pratiquement tout le monde ait eu la possibilité de dire que le choix de Manning était très judicieux, la décision était annulée.
Kevin Gosztola sur "firedoglake"en fait une excellente analyse et Glenn Greenwald dresse la liste de tous les groupes privés criminels qui sponsorisent la SF Pride,et pour lesquels elle ne trouve rien à redire.
Ce qui est très intéressant à mes yeux, c'est l'admiration servile pour l'autorité contenue dans la déclaration de la présidente de la SF Pride, Lisa L. Williams, qui annonçait que Manning ne serait pas "invité d'honneur honoraire":

“Bradley Manning est actuellement confronté au système judiciaire de l'armée de ce pays. Nous attendons tous la décision de cette institution. Toutefois, avant ce moment, même un soupçon de soutien pour des actes qui ont mis en danger la vie de nos femmes et de nos hommes en uniforme – et un nombre incalculable d'autres personnes – ne sera pas toléré par les dirigeants de la San Francisco Pride. C'est, et ce serait, une insulte envers tous ceux et celles, homos et hétéros, qui ont servi un jour dans l'armée américaine".

C'est ce même système de "justice" militaire qui distribue des blanc-seing et des tapes sur les doigts des tortionnaires d'Abu Ghraib et des violeurs et assassins d'enfants d'Haditha (fr), en Irak.
C'est ce même système de "justice" qui dissuade les femmes dans l'armée de signaler les viols – et il ne s'agit pas d'une petite poignée, car même le Pentagone estime à 20.000 le nombre de soldates agressées sexuellement chaque année, comme on le voit dans le documentaire nommé aux Oscar 2012, Invisible War.
Donc, oui, Mme Williams, nous attendons avec impatience ce que cette institution de meurtres en série, de tortures et d'encouragement au viol a à dire sur un jeune homme courageux qui a donné l'alerte sur les crimes qu'elle commet.
En révélant ces crimes de guerre, Manning ne faisait, en fait, que son devoir, et rien qu'il ait fait n'a mis en danger la vie des soldats américains. Il a mis l'Empire dans l'embarras parce qu'il a démontré que les crimes de guerre étaient courants. Tous ceux qui ont fait un scandale quand ils ont appris la décision initiale de la SF Pride ne citent pas, et sont dans l'impossibilité de le faire, un seul exemple où Manning aurait mis en danger la vie des soldats, parce qu'il n'y en a aucun.
Au contraire, Manning a contribué à précipiter le départ d'Irak de l'armée américaine et a ainsi sauvé des vies de soldats US. Quand la classe ouvrière aura fini par venir à bout du capitalisme, il y aura des monuments à la gloire de Manning — et les têtes de Bush et d'Obama en plastique transparent serviront d'urinoirs dans les hôpitaux. Quand on arrivera à l'hôpital, une infirmière demandera, comme on dit "sac papier ou plastique?": “Démocrate ou Républicain?” (Après la révolution, les hôpitaux seront des endroits festifs pour que les malades gardent le moral).
En lisant le communiqué de Williams, rappelez-vous ce qu'a fait Manning: il a transmis à WikiLeaks une vidéo montrant les pilotes d'un hélicoptère de combat de l’armée US qui tiraient sur deux employés de Reuters et plusieurs civils irakiens - dont des enfants et ceux qui étaient venus leur porter secours - et qui plaisantaient sur la situation.
WikiLeaks avait publié la vidéo près de trois ans après ce crime. SF Pride est plus déchaînée contre Manning qui a révélé ces atrocités que contre le fait qu'elles aient été commises.
Quelles larmes extraordinaires de Barackodile verse Williams pour les "civils" que, prétend-elle, à tort, Manning aurait mis en danger. Jusqu'où peut-on aller dans l'abjection? (les larmes de Barackodile sont les larmes que verse le premier président US noir de l'histoire sur les enfants morts, blancs, en général, qui ont été abattus par un fou lors de massacres, tout en assassinant dans le même temps des enfants à la peau mate en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen, etc.)
La semaine dernière, j'ai écrit un article sur les gens qui n'ont pas de conscience de classe et qui errent sans but, dans le néant et pensent à tort qu'ils sont "de gauche". Je les ai appelés les "désolationnistes". La politique identitaire sans issue de la SF Pride, qui trahit un héros de la paix pour s'attirer les bonnes grâces de la classe dirigeante, c'est ce que j'avais en tête. L'empire adore votre docilité, votre insignifiance et votre lâcheté, SF Pride.
Vous ne dérangez pas les classes dirigeantes américaines – un soldat de moins d'un mètre soixante et de 50 kilos, oui, parce qu'il a une conscience et parce qu'il n'a pas fait du confort le principe directeur de sa vie.
Il s'est attaqué à la force la plus puissante de la planète, l'armée américaine et il savait qu'il le paierait très très cher. C'est la raison pour laquelle tant de militaires sont si hargneux à son égard – il a bien plus de courage et d'honneur qu'eux et ils le savent.
Les commentaires pro-Manning écrasent en nombre ceux des anti-Manning sur les sites LGBT comme le Metro Weekly de Washington et le LGBT Weekly de San Diego.
Et donc, QUI madame Williams représente-t-elle exactement? Peut-être la Maison Blanco, parce que, selon sa biographie, Williams a "mis en place des bureaux de campagne pour la campagne électorale d'Obama".
L'empire américain, ses guerres pour les ressources et ses occupations racistes, les représailles qu'elles entrainent et la réduction inévitable des droits des citoyens – ce ne sont pas des problèmes qui ont deux facettes.
Bravo, SF Pride, vous êtes complètement assimilé à l'Amérique timorée, l'Amérique qui glorifie l'autorité et accueille le fascisme à bras ouverts, comme on vient de le voir à Boston. Peut-être vous sentirez-vous mieux quand vous aurez la botte d'un soldat homosexuel sur la gorge et que vous l'entendrez revendiquer son égalité: "je ne fais que mon travail, je ne fais qu'exécuter les ordres". Peut-être que la SF Pride ira jusqu'au bout et désignera un soldat homosexuel anti-Manning comme Grand Marshal de la Loi Martiale.
Ce serait formidable si des milliers de participants à la SF Pride de cette année qui a lieu les 29-30 juin, portaient des masques de Bradley Manning et mettaient chacun un dollar dans la caisse destinée à payer ses frais de justice. La SF Pride doit être désavouée en fanfare. Et maintenaient voilà que m'apparaît cette vision: si les organisateurs de la SF Pride savaient que des milliers de participants allaient porter des masques de Bradley Manning, ils interdiraient tous les masques au nom de "la sécurité de tous".
Ils diraient qu'ils doivent pouvoir identifier tout le monde et qu'ils ont la responsabilité d'assurer la protection de tout le monde – eux, comme la plupart des Américains, n'estiment tout simplement pas qu'ils ont la responsabilité d'empêcher leur gouvernement de massacrer des musulmans innocents. Les mains contre le mur, tournez la tête, toussez – et amusez-vous bien.
Et n'oubliez jamais ça : bombarder des gens perpétuellement, vous permet de rester libres et vous protège des dangers.
Vous la sentez cette liberté qui vous encercle de plus en plus?

Voir le site de Randy Shields.

Et le blog créé en soutien à Bradley Manning.

Notes

Voici, d'abord, un petit rappel historique sur l'origine de la Gay Pride, appelée désormais la LGBT Pride, et, en français, la Marche des fiertés.

stonewall-inn--Greenwich-Vi.jpg

C'est la révolte de Stonewall Inn, un bar gay de Greenwich Village qui est à l'origine du mouvement. Le 27 juin 1969, après des années de brimades et de répression violente à l'encontre des homosexuels par les hauts-responsables corrompus de la police, les clients de Stonewall Inn décidaient de se rebeller contre leurs agresseurs.
La foule d'homosexuels et de ceux qui les soutenaient enflait de plus en plus au fur et à mesure que se répandait la nouvelle et la police faisait venir des renforts. Une troupe de travestis qui dansaient et chantaient des chansons paillardes se tenaient de pied ferme face à la police anti-émeute qui frappait à coups de matraque tandis que d'autres bombardaient les policiers de pièces de monnaie pour rappeler le racket que faisait subir la police aux homosexuels depuis des années.
Les manifestations et des heurts avec la police se poursuivaient pendant des jours. Et c'est à la suite de cela que des membres de la communauté gay de NY avaient créé le "Gay Liberation Front" (en France, il y a eu à la même époque, le Front homosexuel d’action révolutionnaire - FHAR) pour combattre l'oppression que subissaient les homosexuels.
Et c'est pour commémorer Stonewall que les groupes de défense des homosexuels ont commencé à organiser des défilés annuels dans les villes où il y avait une communauté homosexuelle importante, comme à New York, San Francisco ou la Nouvelle-Orléans.
Alors qu'on trouvait toujours plus de nouveaux prétextes pour harceler et maltraiter les homosexuels - depuis la chasse aux sorcières organisée à l'époque de McCarthy contre les communistes et les "pervers sexuels" au bourrage de crâne orchestré par la droite religieuse qui accusait les homos d'être responsables du sida – le mouvement de la fierté homosexuelle devenait de plus en plus important et actif. Et les gay pride annuelles se sont multipliées dans les grandes villes du monde entier.
Symboles
De tous les symboles, c'est le triangle rose que les Nazis avaient imposé aux homosexuels dans les camps qui est le plus connu.
Ce qu'on ne sait pas toujours, c'est qu'un nombre incalculable d'homosexuels ont été castrés dans les camps en guise de méthode de stérilisation. Et que quand les camps de concentration ont été libérés, les homosexuels eux, n'étaient toujours pas libres, car ils étaient encore considérés comme des criminels.
En effet, l’homosexualité en France qui avait été pénalisée sous le gouvernement de Pétain en 1942, était re-pénalisée à la Libération sous De Gaulle. Ce n’est qu’à l’arrivée au pouvoir des socialistes en 1981 que les autorités françaises ont cessé de ficher les homosexuels.
Un autre symbole important de la fierté homosexuelle, c'est le drapeau arc-en-ciel. Créé par l'artiste Gilbert Barker en 1978, chaque bande de couleur du drapeau a un sens spécifique (voir l'article ici).

Voir aussi: les militaires homosexuels dans l'armée US et la loi "Don't ask, don't tell", abolie en 2010

Epilogue temporaire

Le 7 mai avait lieu l'assemblée mensuelle des membres de la SF Pride.
Or, ce qui était à prévoir, la salle de réunion était bien trop petite pour accueillir la centaine de personnes qui se sont présentées pour assister à la réunion et seule une poignée d'entre eux ont été admis dans la salle, d'où ont été exclus les membres du public et de la presse.
Alors que des dizaines de personnes manifestaient leur mécontentement, la réunion a été annulée quand les membres du bureau de la Pride ont appelé la police, prétendant qu'il y avait une émeute.
Le 12 mai, la direction de la SF Pride postait un communiqué sur facebook, disant que la décision prise par la SF Pride était ferme et définitive et que, donc, le débat était clos pour cette année.
Et précisant:

Nous rechercherons d'autres locaux pour la prochaine réunion des membres de la SF Pride et, donc, la réunion du 14 mai est reportée jusqu'à ce que nous trouvions une salle de réunion appropriée. Nous voulons permettre aux gens d'avoir la possibilité d'exprimer leur avis sur la récente polémique mais nous avons à nous occuper de la grande manifestation à venir et nous ne voulons pas qu'un problème, aussi important soit-il aux yeux de certains, éclipse les préoccupations et les intérêts des centaines de milliers de personnes qui participent à la SF Pride.
Une réunion dans des locaux plus grands après la Parade de 2013 permettra aux personnes d'opinions différentes sur cette question de développer leurs points de vue et d'entendre ceux des autres sans compromettre le bon déroulement de la manifestation de cette année et la sécurité des participants. Nous demandons à tous de se rassembler pour la Pride en juin prochain, avec à l'esprit que nous pouvons accepter la différence sans violence et haine".
Dans le premier paragraphe, on constate que la direction de la Pride cherche à marginaliser le point de vue de la centaine de personnes qui souhaitaient assister à la réunion.

Ce sont les méthodes habituelles des institutions "démocratiques" : s'appuyer sur la majorité silencieuse ou suiveuse pour ignorer la contestation minoritaire et refuser le débat.
Dans le second paragraphe, le communiqué est une calomnie à peine voilée à l'encontre des partisans de Manning, la direction ayant prétendu sans en apporter les preuves, qu'il y avait eu des menaces et des appels à la violence contre les membres de la direction.
Pourtant, les partisans de Manning et de Wikileaks ne sont pas des casseurs: l'an dernier, ils défilaient tranquillement à la Pride.

SFPride_Bradley_M.jpg
SF Pride 2012

Voir d'autres photos ici.

Cette histoire pourrait bien avoir le résultat contraire et générer un "effet Streisand".
Ainsi, à Sydney, lors du "Gay Mardi Gras 2013", un groupe important du défilé marquait son soutien à Manning et à Assange (qui est australien, rappelons-le).
Il n'est pas impossible qu'à San Francisco, ait lieu une manifestation improvisée d'envergure.
Cela ferait une sacrée publicité à Manning et à Wikileaks.
Affaire à suivre …
Rendez-vous le 29-30 juin sur nos écrans favoris.


EDIT:

Agressions sexuelles dans l'armée: on ne peut faire confiance à personne

Deux soldats chargés de surveiller et d'empêcher les agressions sexuelles ont été impliqués dans une affaire d'agression sexuelle en l'espace d'une semaine seulement.
L'Associated Press indiquait, le mardi 14 mai 2013, qu'un sergent de l'armée US de Fort Hood, Texas, qui avait été nommé "conseiller/coordonnateur du programme de prévention contre le harcèlement et les agressions sexuelles, faisait l'objet d'une enquête pour "contact sexuel violent" et d'autres "conduites inappropriées de nature sexuelle" et avait été suspendu de ses fonctions.
USA Today affirme que selon certaines sources à Washington, le sergent "forçait une de ses subordonnées à se prostituer et avait agressé sexuellement deux autres".
Le lundi 6 mai, c'était l'officier de l'US Air Force, Jeff Krusinski, chargé de la prévention des agressions sexuelles sur une base de Virginie, qui était arrêté, accusé d'agression sexuelle.
Selon la police du comté d'Arlington, "un homme ivre a abordé une femme dans un parking et lui a empoigné les seins et les fesses". Elle a réussi à se dégager et Krusinski a été arrêté.
Le Pentagone publiait un nouveau rapport le lendemain de l'arrestation de Krusinski, qui révélait que les agressions sexuelles dans l'armée étaient un problème de plus en plus étendu. L'an dernier, les agressions sexuelles qui ont été signalées avaient augmenté de 3.374, plus de 6% depuis 2011. Mais l'immense majorité de ces agressions ne font pas l'objet de plaintes. (…). D'après le Département de la Défense, il y a actuellement plus de 70 agressions sexuelles commises tous les jours par des militaires.
Mais la Grande Muette est indécrottable (même si elle n'a pas l'exclusivité):
Dans la plaquette d'information de la base aérienne de Sumter, Caroline du Sud, on trouve des conseils pour éviter les agressions sexuelles:
"Évitez de vous promener ou de faire du jogging seule", "évitez les embrasures de portes, les buissons et les ruelles" et "en cas d'agression, il vaut mieux vous laisser faire que résister".
Mais la plaquette oublie de donner certains conseils: "évitez de porter des talons aiguille et des tenues provocantes" et … un petit détail infime :"Ne commettez pas d'agression sexuelle. C'est un CRIME".
Donc, si on comprend bien, c'est aux potentielles victimes que revient la responsabilité de la prévention des agressions.
Le violeur, lui, pourra toujours sauter sur une femme dans les buissons ou pendant qu'elle fait du jogging, il en aura le droit, puisqu'elle aura enfreint le règlement de la caserne.

Voir tout l'article ici