obamacare1.jpg
Obama vend sa réforme

La réforme de santé d'Obama: pire encore que ce que vous aviez imaginé

Si vous parlez à un loyaliste du parti Démocrate des carences de la réforme de santé d'Obama, il répond par deux arguments:
D'ici à 2014, tout le monde sera couvert par une assurance-maladie;
Depuis qu'Obama a approuvé la loi, l'état de santé préexistant ne peut plus servir de prétexte aux assureurs pour refuser des contrats d'assurance.
Il s'avère, cependant, que ces deux affirmations sont fausses.
Voyons d'abord la couverture maladie pour tous. Il s'avère qu'en 2016, deux ans après la mise en application de la loi sur tout le territoire, probablement entre 30 et 40 millions d'Américains ne seront pas couverts par une assurance-maladie.
D'où viennent ces chiffres et qui les a communiqués?
C'est le docteur Robert Kocher lui-même, ancien conseiller particulier d'Obama sur les questions de santé publique, qui, étant par la suite en poste chez McKinsey and Co., un cabinet de conseil international, a dirigé l'équipe qui a réalisé les exercices de simulation. Ces simulations consistent en une analyse détaillée de la situation dans chaque comté du pays.
Quand on lui a demandé qui n'aurait toujours pas d'assurance, Kocher a répondu:

"Il restera toujours un volant de gens qui n'auront pas de couverture santé, parmi lesquels les catégories suivantes: les (étrangers) sans papiers, ceux qui sont entre deux emplois, ceux qui risquent de se retrouver sans assurance maladie, soit à cause d'une baisse de leurs revenus, soit parce qu'ils auront cessé de bénéficier de l'assurance-maladie publique Medicaid. Également: ceux dont la couverture maladie était auparavant fournie par leur employeur mais qui n'ont pas encore souscrit d'assurance-maladie depuis que celui-ci a rompu ses engagements; ceux qui ont droit à Medicaid mais qui ne sont pas encore inscrits, et ceux qui, par choix personnel, ne sont pas assurés".
Bon, d'accord, répondrait alors notre fidèle démocrate, mais, au moins, depuis l'instant où Obama a approuvé officiellement la loi sur l'assurance maladie, ces voleurs d'assureurs ont eux-mêmes été grugés de la possibilité de refuser d'assurer des gens sous prétexte de maladie préexistante.

En théorie, oui, mais il se trouve que ce n'est pas ce qui se passe dans la réalité. Il s'avère que si 6 millions de personnes ont droit au PCIP (Pre-Existing Condition Insurance Plan, contrat public d'assurance-maladie) qui figure dans la réforme d'Obama, seules 8011 sont enregistrées à ce jour.
Pourquoi un nombre si scandaleusement bas?
Il y a deux raisons à cela. D'abord, la plupart des gens et des médecins ignorent quels sont ceux qui ont le droit de souscrire cette assurance ni comment on en fait la demande, un problème récurrent pour une assurance-maladie conçue pour les assurances et non pas pour les assurés. Et ensuite, le coût: les cotisations mensuelles pour ce contrat varient entre 320 et 570 dollars.
Et donc, même ces avantages minimes s'avèrent être illusoires. Et, comme nous en faisons actuellement l'expérience, dans le Massachusetts, avec la réforme de l'assurance maladie du gouverneur Mitt Romney, qui a servi de modèle à celle d'Obama, les dépenses ne sont pas maîtrisées par ces réformes.
Les cotisations continuent d'augmenter ici et, actuellement, les assureurs commencent à distribuer aux médecins une enveloppe budgétaire globale pour leurs clients, en versant des primes aux médecins pour les encourager à refuser certaines prestations de soins. On peut supposer que c'est ce qui se passera également avec la réforme d'Obama.
Mais, fondamentalement, le pire avec cette réforme d'Obama, c'est qu'elle n'est pas égalitaire. En d'autres termes, l'assurance santé n'est pas un droit.
Il faut verser aux assurances des pots de vin (également connus sous le nom de "cotisations") pour se faire soigner et ceux qui bénéficient des meilleures prestations sont ceux qui ont les moyens de verser les plus gros bakchichs.
Et pour ceux qui ne peuvent pas, trop pauvres pour payer des pots de vin, il y a Medicaid, dont l'assurance-maladie, dans certains états, soumise aux impératifs de rentabilité, équivaut pratiquement à ne pas avoir d'assurance-maladie du tout.
On se demande s'il ne serait pas préférable que les *tribunaux rejettent la réforme de santé d'Obama, ce qui nous laisserait les seules options censées: une sécurité sociale pour tous, comme au Canada et en France, ou le NHS comme au Royaume Uni.
S'ils réfléchissent, les progressistes pourraient bien vouloir s'associer aux actions en justice contre cette réforme.

John V. Walsh.

  • Certains juges fédéraux ont attaqué en justice la réforme d'Obama, disant qu'imposer une amende pour défaut d'assurance-maladie était inconstitutionnel. La Cour Suprême doit trancher. Un jour peut-être ...

Note annexe:

Le contrat d'assurance maladie pour ceux qui ont des antécédents de santé(Pre-Existing Condition Insurance Plan (PCIP) – en anglais).

Quelques explications

Le contrat d'assurance PCIP est une nouveauté de la réforme, dont les démocrates sont très fiers.
Il concerne ceux/celles qui ont un problème de santé et souhaitent souscrire à une nouvelle assurance-maladie. Avant cette disposition, les assurances s'arrogeaient tout simplement le droit de refuser d'assurer ces personnes (et ne s'en privaient pas).
La réforme prévoit donc pour eux une assurance-maladie spécifique financée par les fonds publics, et soit gérée par l'état soit par le gouvernement fédéral.
Tout bénéfice pour les assurances privées, on le comprend, puisqu'elles se débarrassent de pas mal de malades chroniques, pris en charge par l'Etat.
On peut voir en cliquant sur le lien ci-dessus les différentes clauses pour en bénéficier et ce qu'inclut et exclut ce contrat.

Programme fédéral (celui de l'état est sensiblement la même chose) – avec des variantes selon les états:

Conditions générales à remplir pour "bénéficier" de ce contrat d'assurance:

- Etre citoyen américain ou résident en situation régulière.
- N'avoir pas eu d'assurance-maladie pendant au moins les six derniers mois avant de faire la demande et, donc, si son assurance ne couvre pas le traitement pour des antécédents de santé, il faut résilier le contrat et rester six mois sans assurance (ah, oui, ça le fait, hein? Moi aussi, j'ai bien relu, tellement j'étais effarée).
- avoir des antécédents de santé ou prouver qu'on vous a refusé un contrat d'assurance privée à cause de cela.
Ce contrat rembourse toute une série de soins médicaux, parmi lesquels les soins de base et les soins spécialisés, les hospitalisations, et les traitements. l'assuré a droit à toutes les prestations, même pour des antécédents médicaux.

Cotisations:
Elles varient, en général, selon l'âge et le contrat choisi – assurance de base ou avec des options complémentaires (voir pour le Texas)
En plus de la cotisation, il faut verser, toujours avant avoir droit aux premiers remboursements, une franchise entre 1000 et 3000 dollars (somme prévue pour l'année 2011), selon le type de contrat, pour les actes médicaux couverts par l'assurance (sauf pour les soins médicaux de routine, comme la prévention ou les radios).
Mais ce n'est pas tout.
Il faut ajouter à cela un forfait de 25 dollars par visite chez le médecin, entre 4 et 40 dollars pour la plupart des médicaments et 20% des frais pour tout autre acte couvert par l'assurance. Les actes médicaux non remboursés ne doivent pas dépasser 5.950 dollars par an. Ces frais peuvent être plus élevés, s'il s'agit de prestations non couvertes par le contrat d'assurance.
A ce tarif là, on comprend que beaucoup hésitent à aller chez le médecin, ou ne prennent pas la totalité du traitement..

Combien de temps faut-il attendre avant les premiers remboursements?
En moyenne, il faut 4 à 6 semaines après le versement de la première cotisation mensuelle pour que la demande soit traitée.
Ah, j'allais oublier: Cette assurance est individuelle. Chaque conjoint doit faire la demande séparément.
Et aussi: Les IVG ne sont pas remboursées, sauf en cas de viol ou d'inceste, ou si la vie de la mère est en danger. Ca c'est Obama himself qui l'a rajouté en dernière minute, sans qu'on lui demande rien, ou presque, pour faire plaisir au lobby catho.
Merci qui?

Voilà, pas bien réjouissant, tout ça, hein?
Mais ce n'est pas fini! Les républicains, aujourd'hui majoritaires à la Chambre des Représentants, ont juré de s'attaquer à cette réforme "socialiste".
Et ça va commencer par qui? par les femmes. Parce que, pour eux, le remboursement de l'IVG, négatif! .
Eh, oui, on croit avoir touché le fond avec les Démocrates et voilà que les républicains se ramènent avec leurs pelles pour remuer la fange et creuser encore.

Et, donc, résultat aujourd'hui, avant même que la réforme soit mise en place: la gauche dénonce;

les Démocrates faiblissent, voire quittent le navire ... OBAMACARE_SHIP.jpg


... et les Républicains (dont les Tea party) sont restés pareils à eux-mêmes: ils braillent toujours contre parce qu'ils estiment que c'est une réforme "socialiste" (pauvres débiles!).

Voici le genre de propagande des républicains: du pur délire.
Au lieu de se tirer une balle dans le pied en soutenant les gros capitalistes contre leur propre intérêt, ils feraient bien de se la tirer dans la tête. Ca débarrasserait.

Obama_Care_2.png

Quel programme faut-il annuler?
(Ce dessin est remarquable en ce qu'il résume à merveille les bas du front du Tea Party et autres Rednecks)


obamacare_propagande_rep.jpg)

Ce gamin va travailler 30 ans pour payer vos visites aux urgences, vos IVG, l'enlèvement de vos tatouages, vos opérations à cœur ouvert, votre sevrage tabagique, vos séances de psy, vos implants mammaires.
Propagande éhontée et mensongère, évidemment. C'est pathétique.


ObamaCare_3.jpg
No comment

Moralité: il faut se battre pour conserver la sécu. Parce que, non seulement les requins vont se jeter sur nous pour nous faire payer bien plus pour avoir bien moins, mais, en plus, ça ne ne coûtera pas moins cher à l'Etat.