journee_femmes.jpg

Une loi scandaleuse en Oklahoma prévoit de publier en ligne les données personnelles des femmes qui ont eu recours à l'avortement

Parmi les renseignements que devront donner les femmes: âge, situation de famille, plus haut diplôme obtenu, etc.
Oui, je sais que nous sommes tous censés parler du Prix Nobel de la Guerre Paix décerné à Obama, mais Joshua et Addie sont déjà sur l'affaire.
Alors, avant de passer aux $79 millions qu'a dépensés la NASA pour bombarder la lune, ne pouvons-nous pas nous arrêter une minute sur ce dernier projet de loi sexiste insensé?

Sur Think Progress , Amanda Terkel écrit:

"Le 1ier novembre, entrera en vigueur en Oklahoma une loi permettant de recueillir les données personnelles des femmes concernant tous les avortements pratiqués dans l'état et de les publier sur un site internet public.

Voici les 8 premières questions auxquelles les femmes devront répondre:

1 - Date de l'avortement
2 – Pays où a eu lieu l'avortement
3 – âge de la mère
4 – situation de famille (mariée, divorcée, veuve ou célibataire)
5 – origine raciale
6 - longueur des études (précisez le dernier diplôme obtenu)
7 – état ou pays étranger où réside la mère
8 – nombre total de grossesses précédentes

(et aussi) naissances vivantes
fausses couches
avortements provoqués"

Pfiou!
Cette législation infâme, nous la devons aux élus républicains d'Oklahoma Dan Sullivan and Todd Lamb; Lamb, un baptiste ancien agent des Services Secrets, se présente aux élections pour être gouverneur- adjoint. Il appelle ce projet: "une législation de bon sens".
Il est difficile d'imaginer comment on peut parler de "bon sens" pour une mesure complètement inutile, qui porte indéniablement atteinte à la vie privée et qui va coûter, selon une source, $281.285 la première année et $256.285 les années suivantes.
Ceci constitue une tentative grossière d'intimider les femmes pour les empêcher d'exercer leur droit de disposer de leur corps. Purement et simplement.

Remarque aux réseaux de diffusion de l'information: avant de m'obliger à entendre encore une seule syllabe sur les "sexploits" de *David Letterman, si vous évoquiez les affaires qui affectent réellement les femmes dans ce pays?

Liliana Segura est journaliste salariée et rédactrice en chef des rubriques d'AlterNet "Rights and Liberties" et World Special Coverage.

Note:

  • David Letterman

Tiens, outre- Atlantique, aussi, ils ont leur diversion pipole, leurs squelettes dans les placards et leurs vedettes qui viennent pleurnicher à la télé! Quel monde de vanités.
Letterman est un animateur télé vedette qui a apparemment eu des liaisons avec des femmes de son entourage professionnel.
Tapage médiatique.
Soutien de stars.
Confessions et excuses devant des millions de téléspectateurs.
Ca vous dit quelque chose?
Enfin, lui, au moins, est venu présenter des excuses et non pas s'excuser.
Où va le monde.

Si cette histoire vous intéresse ..

En savoir plus (en anglais) sur l'affaire en Oklahoma

Résumé:

Soutenues par le Center for Reproductive Rights, Wanda Jo Stapleton, ancienne élue démocrate membre à la chambre des représentants pour l'Oklahoma et Lora Joyce Davis, une habitante de Shawnee, ont intenté un procès contre ce projet de loi, disant qu'il couvre plus d'un sujet et violerait ainsi la Constitution de l'Oklahoma.
Cette mesure demande aux praticiens de fournir des informations détaillées au Département de la Santé de l'état pour chaque avortement pratiqué.
En plus des informations citées plus haut, les médecins doivent inscrire: le motif de l'avortement; la méthode employée pour l'intervention et la méthode de paiement; le coût de l'intervention, le type d'assurance médicale, s'il y a eu utilisation d'ultra-sons, et la nature des relations entre la mère et le père.

Ces mesures sont prises prétendument pour vérifier que les avortements ne sont pas pratiqués après la date limite légale.
Ah, ils ne veulent laisser aucune chance à quelques irrégularités éventuelles, ça non.

Ah, j'oubliais: au procès, le juge a décrété qu'en effet, ce projet de loi était anticonstitutionnel, mais les deux dégénérés ont fait appel de la décision.

Et voilà.

Une fois encore, Big Brother et Little Big Man conjuguent leurs efforts pour contrôler le monde.