Des bassines et du zèle.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Continents à la dérive

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 1 juin 2013

Le nombre de victimes du génocide en Somalie revu à la hausse

par Glen Ford, chronique sur Black Agenda Radio
Source de l'article : Genocide Toll in Somalia Revised Upward

"Les Américains ont choisi la famine à grande échelle comme arme de guerre"

Une nouvelle étude montre que deux fois plus de personnes sont mortes en 2011 en Somalie que ce qui avait été annoncé précédemment. Le gouvernement britannique avait estimé qu'entre 50.000 et 100.000 Somaliens étaient morts, victimes de la famine, lors de la grande sècheresse, mais ce nouveau rapport indique qu'il y en a eu 260.000 , dont la moitié étaient des enfants de moins de six ans.

Lire la suite...

mardi 2 août 2011

"Pirates" somaliens: forbans ou garde-côtes?

Dans les eaux troubles au large de la Somalie, nagent des requins dont les moins voraces ne sont pas les requins du commerce international, qui pillent les ressources maritimes locales et contaminent les rivages.
Les pirates somaliens ont appris que tout se monnaye avec ces gens-là.
Quelques explications ci-dessous.
Le texte qui suit a été publié en 2009. D'autres liens accompagnent ce billet, qui permettront un petit tour d'horizon de la question, plutôt compliquée.
Source: Why We Don't Condemn Our Pirates in Somalia, par K'Naan, URB Magazine, 14 avril 2009.

Lire la suite...

mardi 26 juillet 2011

Corne de l’Afrique : vous oubliez un détail, messieurs et mesdames les journalistes occidentaux !

Un tout petit détail: l'implication de l'ONU dans cette grave épidémie de malnutrition et de famine.
Voici la traduction d’un texte de Tom Mountain sur ce qui se passe actuellement en Ethiopie et dans le reste de la corne de l’Afrique. Source: Food Aid Blockade Continues in Horn of Africa / Crocodile Tears Over Famine; 22/24 juillet 2011

Lire la suite...

mardi 19 avril 2011

La longue guerre de Washington contre l’Afrique

par James Petras

James Petras, ex-professeur de sociologie à Binghamton University, New York, militant de la lutte des classes depuis cinquante ans, conseiller pour les sans-terre et les sans-droits au Brésil et en Argentine, a coécrit "Globalization Unmasked (Zed Books).

Source : Washington’s Long War Against Africa ; Dissident Voice, 17 avril 2011.

Lire la suite...

mardi 25 janvier 2011

Sud-Soudan: avec la sécession, la patte des Etats-Unis s'abat sur le pétrole de la région

Le conflit qui dure au Soudan depuis des décennies a été généré et voulu, comme ailleurs en Afrique, par les puissances mondiales au XIX°s, qui se sont réparti le continent en délimitant leur sphère d'influence et en dessinant les frontières de chaque pays de façon à favoriser les conflits ethniques, tribaux, religieux et économiques.
Si on ajoute à cela les potentats qui ont été mis en place ou tolérés par ces mêmes pays pour éviter les velléités d'indépendance et de démocratie des populations et qui ont perpétué les divisions et les privilèges d'une caste, on en arrive à ce qui se passe au Soudan actuellement, où les conflits et la guerre durent depuis des décennies.
La sécession du Sud-Soudan, qui possède 80% du pétrole national, est une aubaine pour les Etats-Unis, qui voyaient d'un très mauvais œil que la Chine domine l'exploitation de la manne pétrolière dans le pays. Hélas, ce référendum, sous haute surveillance extérieure et présenté comme ouvrant la voie à la fin des conflits et à l'instauration de la démocratie, n'est encore qu'une des fourberies de la "communauté internationale" menée à grand train par les USA.

Voir ce qu'en dit l'article: "Sudan A tale of blood and oil in Africa", d'Anne Talbot, publié par WSWS le 11 janvier 2011

Lire la suite...

mercredi 8 décembre 2010

Julian Assange: Recherché par l'Empire, mort ou vif

Voici une autre analyse de la situation.
Ecrite par ALEXANDER COCKBURN dans CounterPunch
Décembre 3 -5, 2010

Lire la suite...

vendredi 3 décembre 2010

Wikileaks : les fuites qui font couler beaucoup d’encre

Révélations, non-dits et interprétations

La divulgation de dépêches diplomatiques confidentielles par le site WikiLeaks a secoué le petit monde politico-médiatique occidental.
Dans la montagne de documents, plus ou moins éventés pour beaucoup, chacun y a vu ce qu’il a bien voulu y voir et occulté ce qui le dérangeait.
Cependant, ce qui ressort de cette masse d'informations, c'est qu'Israel été particulièrement épargné. Rien sur Gaza, rien sur la poursuite de la colonisation, rien sur son service de renseignements pourtant très actif. Ce qui a fait dire à un haut responsable israélien qu’Israël "s’en tire à très bon compte, les fuites confirmant la position officielle d’Israël en faveur d’une grande fermeté à l’égard de Téhéran".
Et de Téhéran, justement, il en a été question. Abondamment. Curieux, non ?
Quel message veut-on donc nous transmettre?
Parce que le gars Assange, isolé et qui bricole ses petits dossiers trouvés dans les poubelles des ambassades du monde entier, on n'y croit qu'à moitié.
Mais revenons à quelques-uns des commentaires sur cette affaire.

Lire la suite...

samedi 13 juin 2009

Femmes du Darfour: si on parlait de réconciliation, plutôt?

Afshin Rattansi interviewe deux Britanniques, Collette Valentine et Ali Gunn, peu après leur retour du Darfour où elles ont assisté à la "conférence internationale sur les défis que doivent relever les femmes du Darfour" et visité des camps de réfugiés.
Leur histoire n'est pas tout à fait la même que celle que racontent les médias internationaux et les ardents défenseurs du Darfour.

Traduction de l'article:
"We Saw No Evidence of Genocide" par AFSHIN RATTANSI
publié dans CounterPunch
le 1° juin 2009

Lire la suite...

dimanche 10 mai 2009

Si je vous dis "Afrique", vous pensez à quoi?

Quand George Clooney, Brad Pitt, Angelina Jolie, Matt Damon, Bono, Mia Farrow et Steven Spielberg se rencontrent, de quoi parlent-ils?
Perdu!
Ils parlent du Darfour. De "Sauver le Darfour".
Enfin, Mia Farrow peut-être pas tout de suite. Elle doit être encore indisponible à l'heure actuelle. Elle vient de faire une grève de la faim de 12 jours par solidarité pour le Darfour.
La faculté lui recommande des grandes tartines de caviar beluga pour se requinquer.
C'est Richard Branson (le milliardaire british) qui va reprendre le flambeau.
Pendant 3 jours.
Ca devrait aller, je pense.
Le temps d'éliminer quelques toxines et, hop! Frais comme un gardon!

Alors, c'est vrai, au Darfour, il y a des gens qui souffrent et qui meurent, des enfants, entre autres, à cause de la guerre, de la malnutrition, du manque de soins, de la misère …
Mais il y a les mêmes en Irak, en Afghanistan, au Congo, au Sri Lanka … Il y a eu et il y a toujours Gaza …
Alors, si les stars d'Hollywood veulent entamer un régime avant le festival de Cannes, pas de problème, les causes ne manquent pas.
Juste un hic: c'est le Darfour, sinon rien.
Et pourquoi?

Encore un article sur le Darfour, vous allez me dire, alors que l'autre était encore tout chaud et qu'il n'avait presque pas servi?
Bin, oui, il faut bien que quelqu'un se dévoue, avec toute cette contre-publicité faite par ailleurs.
Et puis, c'est un article de Bruce Dixon, de Black Agenda Report, alors, je ne résiste pas.
Titre anglais: "Is There a Save Darfur Industrial Complex?"
6 mai 2009
Dissident Voice

Lire la suite...

- page 1 de 5